NOUVELLES

L'ambassadrice allemande à Sanaa échappe à un rapt, son garde tué

06/10/2013 11:48 EDT | Actualisé 06/12/2013 05:12 EST
AFP

L'ambassadrice d'Allemagne a échappé dimanche à une tentative d'enlèvement à Sanaa pendant laquelle son garde du corps a été tué, a indiqué une source diplomatique occidentale.

Par ailleurs, une autre source diplomatique occidentale a fait état de l'enlèvement à la sortie nord de Sanaa, d'un étranger sans être en mesure de préciser son identité, sa nationalité ou la nature de ses activités au Yémen.

Le garde du corps allemand a été abattu en tentant de résister à la tentative d'enlèvement de l'ambassadrice Carola Müller-Holtkemper, dans un magasin du quartier diplomatique de Hadda, dans le sud de la capitale yéménite, selon la source diplomatique.

A Berlin, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, interrogé par l'AFP, s'est contenté de dire que son ministère ne pouvait encore confirmer l'incident et qu'il déployait "de gros efforts pour établir les faits".

C'est la première fois qu'un diplomate avec rang d'ambassadeur, de surcroît occidental, est visé par une tentative de rapt au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique où le réseau Al-Qaïda est bien implanté.

Deux diplomates sont captifs dans ce pays, le vice-consul saoudien à Aden (sud) et un diplomate iranien, qui sont tous deux aux mains d'Al-Qaïda.

Le corps du garde allemand a été transporté dans l'hôpital saoudo-allemand de Sanaa et le lieu de l'attaque a été isolé par un cordon de sécurité pour les besoins de l'enquête.

L'ambassade d'Allemagne avait été parmi les chancelleries visées, selon des sources occidentales, par des menaces d'Al-Qaïda, ce qui avait entraîné sa fermeture momentanée en août ainsi que celle d'autres représentations diplomatiques occidentales dans la capitale yéménite.

Les enlèvements d'étrangers sont fréquents au Yémen et sont généralement le fait de tribus qui utilisent les otages pour faire aboutir des demandes auprès des autorités. La plupart de ces rapts finissent généralement par la libération des otages.

Mais certains rapts sont le fait du réseau Al-Qaïda qui reste actif au Yémen en dépit des coups de boutoir assenés aux membres du groupes extrémiste, souvent visés par des attaques de drones américains.