NOUVELLES

La destruction des armes chimiques a commencé en Syrie

06/10/2013 07:57 EDT | Actualisé 06/12/2013 05:12 EST
AP
In this citizen journalism image provided by Aleppo Media Center AMC which has been authenticated based on its contents and other AP reporting, Syrian citizens inspect destroyed houses that were destroyed from a Syrian forces airstrike, at al-Marjeh neighborhood, in Aleppo, Tuesday March 19, 2013. Syria's state-run news agency says 25 people have been killed in an alleged rebel chemical attack in northern Syria. Rebels in northern Syria deny the government claim and blamed regime forces for Tuesday's missile attack on Khan al-Assad village in northern Aleppo province. (AP Photo/Aleppo Media Center, AMC)

BEYROUTH - Les inspecteurs des Nations unies ont commencé dimanche à détruire les armes chimiques de la Syrie ainsi que l'équipement utilisé pour les fabriquer, a rapporté un représentant de l'organisation internationale.

Les experts en désarmement sont arrivés à Damas mardi afin d'accomplir leur mission en vertu d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU demandant le démantèlement et la destruction de l'arsenal chimique syrien.

Leur premier objectif est de démanteler les installations permettant au régime du président Bachar el-Assad de produire des armes chimiques d'ici le 1er novembre.

Témoignant sous le couvert de l'anonymat, le représentant n'a pas pu préciser exactement ce qui avait été détruit dimanche, mais a affirmé que des armes et de l'équipement de production avaient été mis hors service.

Il ne s'agit que de la première étape d'une intervention visant à détruire la totalité des armes chimiques de la Syrie ainsi que des installations servant à leur fabrication d'ici le mois de juin 2014.

Cet échéancier est le plus serré à avoir été donné aux spécialistes de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. C'est aussi la première fois qu'ils travaillent dans un pays en guerre.

Développé dans les années 1980 et 1990, l'arsenal syrien contiendrait notamment du gaz moutarde, du sarin et du tabun.

La mission de désarmement découle d'une attaque chimique survenue le 21 août dans une zone contrôlée par les rebelles en banlieue de Damas. Les inspecteurs des Nations unies ont déterminé que du sarin, un agent neurotoxique, avait été utilisé durant l'assaut, qui a fait des centaines de morts.

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux accusent le gouvernement syrien d'être responsable de l'attaque, mais ce dernier soutient qu'elle est l'oeuvre de l'opposition.

L'administration Obama a menacé d'effectuer des frappes militaires en Syrie à titre de représailles, provoquant de nouveaux efforts diplomatiques pour mettre fin à la crise sans le recourir à la force.

Ces efforts ont porté fruit en septembre avec l'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité d'une résolution en faveur de la destruction de l'arsenal chimique syrien.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie