NOUVELLES

De nouveaux attentats en Irak font 33 morts, dont 12 enfants dans une école

06/10/2013 03:28 EDT | Actualisé 06/12/2013 05:12 EST

BAGDAD - Des attaques meurtrières survenues dimanche en Irak ont fait au moins 33 morts, y compris une dizaine d'enfants tués lorsqu'un kamikaze a fait sauter une voiture piégée près d'une école primaire dans le nord du pays, ont annoncé des responsables.

Ces attentats sont les plus récents d'une vague sans fin représentant la flambée de violence la plus mortelle depuis 2008. Le nombre de victimes croissant fait craindre que le pays ne retombe dans la spirale de violence qui l'a amené au bord de la guerre civile dans les années ayant suivi l'invasion américaine de 2003.

Les explosions de dimanche ont débuté vers 9 h 30 dans le village turkomène-chiite de Qabak (nord). La zone entourant la localité est depuis longtemps un lieu de prédilection pour des insurgés sunnites difficiles à déloger et un corridor d'entrée pour les combattants extrémistes provenant de la Syrie voisine.

Une voiture piégée a ciblé une école primaire alors que des enfants de six à 12 ans étaient en classe, tandis qu'une autre a explosé près d'un poste de police voisin, a indiqué le maire Abdul Aal al-Obeidi.

Le bilan des victimes se monte à 12 enfants, au directeur de l'école et à deux policiers. Environ 90 autres personnes ont été blessées.

«Nous sommes, tous comme l'Irak en entier, aux prises avec al-Qaïda, a dit M. al-Obeidi. C'est une tragédie. Ces enfants innocents étaient ici pour étudier. Quels péchés ont-ils commis?»

Un autre kamikaze, à pied cette fois, s'est fait sauter près de pèlerins chiite marchant dans le quartier à dominance sunnite de Waziriya, dans le nord de Bagdad. Au moins 12 personnes ont été tuées et 23 autres blessées lors de cette attaque, selon des responsables de la police et des services hospitaliers.

Il s'agit de la deuxième fois, en moins de 24 heures, où un kamikaze réussit à déjouer la sécurité des points de contrôle et à cibler des pèlerins chiite circulant en direction d'un autel du nord de Bagdad où sont enterrés deux saints de cette confession.

Un attentat-suicide dans le quartier majoritairement sunnite d'Azamiya, non loin du lieu de l'attaque de dimanche, a fait 51 victimes, samedi soir, ont indiqué les autorités, alors qu'elles révisaient le bilan à la hausse. Cette attaque, combinée à d'autres survenues samedi, ont fait un total de 75 morts, dont deux journalistes de la télévision tués alors qu'ils effectuaient leur travail.

Les attaques n'ont pas immédiatement été revendiquées, mais les kamikazes et les voitures piégées sont fréquemment utilisés par la section irakienne d'al-Qaïda. Le mouvement terroriste cible souvent les civils chiites pour saper le gouvernement dominé par cette confession religieuse. Selon l'idéologie extrémiste du groupe, les chiites sont des hérétiques.

PLUS:pc