NOUVELLES

Les Irlandais surprennent le premier ministre en votant pour garder le Sénat

05/10/2013 06:46 EDT | Actualisé 05/12/2013 05:12 EST

DUBLIN - Les électeurs irlandais ont rejeté vendredi la proposition gouvernementale d'abolir le Sénat, un résultat surprenant qui a représenté un affront au premier ministre Enda Kenny.

M. Kenny avait personnellement milité pour les propositions d'amendements à la constitution visant à abolir la chambre haute du parlement, soutenant qu'elle était non démocratique, sans poids politique et coûteuse dans un contexte de coupes budgétaires.

Tous les sondages d'opinion durant la campagne d'un mois laissaient entrevoir une victoire facile pour la proposition du premier ministre.

Or, les électeurs ont rejeté à 51,7 pour cent la question référendaire, vendredi. Le taux de participation s'est chiffré à 39 pour cent, un scénario typique des référendums irlandais, lors desquels les électeurs antigouvernement participent abondamment.

Néanmoins, le rejet était généralisé à travers l'Irlande, symbolisant peut-être un échec national du parti Fine Gael de M. Kenny à gagner la confiance des citoyens, qui avaient fortement appuyé le parti lorsqu'il est passé au pouvoir en 2011, à la suite du plan de sauvetage international de l'Irlande.

Des analystes croient que la défaite est due au fait qu'il a refusé de débattre du dossier à la télévision nationale. Le parti Fine Gael a plutôt organisé des événements médiatiques informels et tapissé le pays d'affiches arguant que voter pour l'abolition signifiait moins de politiciens et une économie annuelle de 20 millions d'euros.

Des observateurs ont affirmé que ce chiffre était exagéré et peu significatif au regard de la dette de 138 milliards d'euros.

Ceux en faveur du maintien du Sénat ont affirmé que le gouvernement devait maintenant renforcer l'institution. Ils ont demandé à ce qu'il obtienne le pouvoir de bloquer des projets de loi, et non simplement de débattre lors de rares occasions. Seule la chambre basse du parlement, le Dail, est élue et a le pouvoir de rejeter des lois.

PLUS:pc