NOUVELLES

Québec solidaire s'invite dans la campagne montréalaise

04/10/2013 04:29 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

Québec solidaire appelle les Montréalais à « débarrasser la ville des vieilles cliques politiques » en optant pour des candidats progressistes et écologistes lors du scrutin de novembre.

Dans un document de réflexion présenté vendredi à Montréal par le député Ahmir Khadir et le président et porte-parole de Québec solidaire, Andres Fontecilla, Québec solidaire appelle les citoyens à prendre leur distance des vieux partis et à se réapproprier l'espace politique et démocratique de leur ville.

« Ces dernières années, l'histoire de Montréal a été marquée par la trop grande proximité entre les milieux d'affaires et les vieilles cliques politiques dont sont issus certains candidats sont à la mairie », explique dans un communiqué Manon Massé, candidate de QS dans Sainte-Marie-Saint-Jacques aux dernières élections provinciales.

Bien que le parti permette à certaines associations locales de QS d'offrir leur appui à un parti ou un candidat dans l'actuelle campagne municipale, la direction de Québec solidaire n'appuie officiellement aucun candidat.  

Rappelons que mercredi dernier, l'association locale de QS dans la circonscription de Mercier a publiquement accordé son appui à l'équipe de Projet Montréal sur le Plateau-Mont-Royal.

Pour Québec solidaire, les élites politiques considèrent les citoyens comme des « bénéficiaires » et l'appareil municipal « comme une simple pourvoyeuse de services ».

D'après Mme Massé, ce sont actuellement les promoteurs immobiliers qui ont l'avantage à Montréal dont l'administration dépend trop, selon elle, des taxes foncières qui constituent une trop grande part des revenus.

« Cette dynamique fiscale encourage la conversion de logements locatifs en condos et l'étalement urbain en plus de créer un important clivage entre les locataires et les propriétaires. Les élu(e)s municipaux doivent interpeller le gouvernement du Québec pour revoir le pacte fiscal afin de distribuer de façon plus équitable les ressources fiscales et budgétaires », explique Manon Massé dans un communiqué.

Québec solidaire propose enfin d'instaurer un mode de scrutin proportionnel à l'échelle municipale afin d'éliminer les écarts de représentativité notamment entre les anciennes banlieues fusionnées à Montréal qui compteraient, selon QS, un élu pour 12 0000 habitants contre 1 élu pour 26 000 habitants dans les secteurs de l'ancienne ville de Montréal.

Élections Grand Montréal

PLUS:rc