NOUVELLES

Le Moulin Rouge exige qu'un salon de coiffure de Gaspésie change de nom

04/10/2013 03:45 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST
AFP

MONTRÉAL - Cela fait plus d'une décennie qu'elles coupent les cheveux au Moulin Rouge, mais deux Québécoises vont devoir renommer leur petit salon de coiffure: le célèbre cabaret parisien vient de menacer de les poursuivre.

"C'est David contre Goliath", se désole Karoleen Couture au téléphone. En 2002, elle avait ouvert son commerce avec son amie Priscilla Turcotte dans leur village de Causapscal situé sur la péninsule gaspésienne.

"Ma coéquipière et moi on est artiste, elle est romancière et moi je suis chanteuse de jazz blues, on s'est dit, oh c'est beau, c'est un nom d'artiste."

Au-delà de l'hommage au temple du French cancan, le nom choisi pour le salon de coiffure se veut un rappel de l'histoire locale de ce petit coin de pays situé au coeur d'une vallée riche en saumons.

"Quand j'étais enfant, dans le village voisin, il y avait un hôtel qui s'appelait Le Moulin rouge et quand il a brûlé, ils ont ouvert une petite cantine, un petit casse-croute, et moi j'ai travaillé là, à la cantine du Moulin rouge", raconte Karoleen.

Alors, lorsque le petit restaurant a fermé ses portes et que les coiffeuses ont ouvert leur enseigne, le célèbre nom s'est imposé... Mais quelle ne fut pas la surprise de Karoleen et Priscilla lorsque, la semaine dernière, elles ont reçu une longue missive d'un cabinet d'avocats new-yorkais qui, au nom du cabaret parisien, les mettait en demeure de changer de nom d'ici avril prochain.

"L'avocate a expliqué que le nom était une propriété intellectuelle et que nous n'avions pas le droit de l'utiliser", décrit Karoleen, qui pensait que le fait d'être enregistré au registre des entreprises du Québec garantissait la légalité de leur activité.

"Ça nous embête, ça fait 11 ans qu'on utilise (ce nom), les clients sont habitués", confie Karoleen. "On va être obligé de changer de nom, on ne veut pas s'embarquer dans les grosses démarches, on va faire ce qu'ils disent." Reste encore à trouver un nouveau nom "poétique", conclut-elle.

Paris en couleur au début du 20e siècle

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.