NOUVELLES

Élections municipales: fin des mises en candidatures

04/10/2013 08:39 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST
PC

En vertu des règles électorales municipales, tous ceux intéressés à devenir maire de Montréal ou de n'importe quelle autre ville du Québec avaient jusqu'à vendredi après-midi, 16 h 30, pour déposer leur candidature.

Douze personnes ont les yeux sur l'hôtel de ville de Montréal.

Le parti Projet Montréal de Richard Bergeron est le seul parti à présenter des candidats aux 103 postes disponibles en vue des élections du 3 novembre.

L'équipe de Denis Coderre présente 101 candidats et l'équipe de Marcel Côté 97.

Mélanie Joly présente une équipe de 56 candidats et Michel Brulé 26 candidats.

Il y a sept candidats indépendants qui se présentent à la mairie de Montréal, pour un total donc de 12 candidats. Il s'agit du même nombre de candidats qu'en 2001, alors qu'on parlait d'un nombrre record de candidats à la mairie.

Par ailleurs, dans des dizaines de municipalités, l'échéance de la date de mise en candidature se traduit par l'élection par acclamation de candidats qui se présentaient sans opposition.

C'est notamment le cas à Dollard-des-Ormeaux, sur l'île de Montréal, où le maire Edward Janiszewski en poste depuis 1984, sera être réélu sans opposition.

Plusieurs maires des villes défusionnées de Montréal devraient aussi voir leur mandat renouvelé, faute d'adversaire. Il en va ainsi à Westmount, dans Côte-Saint-Luc et Mont-Royal.

Dans la catégorie des villes de 10 000 habitants et plus, le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, en banlieue nord de Montréal, n'a aucune opposition. Sur la Rive-Sud, les villes de Delson et Candiac sont aussi dans cette situation tout comme La Prairie, Sainte-Julie et Sainte-Catherine, où les maires et mairesses reprendront leur siège sans opposition.

Mais il n'en va pas de même partout. À Longueuil, où la mairesse sortante, Caroline Saint-Hilaire, se dirigeait vers une victoire par acclamation, la candidature du candidat indépendant Prado Chiocchio, jeudi, obligera la ville à tenir des élections.

Si dans plusieurs villes l'opposition se fait rare, dans d'autres municipalités, les candidats à la mairie se bousculent littéralement comme c'est le cas notamment à Saint-Jean-sur-Richelieu, où pas moins de neuf candidats briguent la mairie.

Avec les informations de Thomas Gerbet et François Cormier

NOS ENTREVUES:

» Richard Bergeron veut réveiller les citoyens

» Denis Coderre: Une ville intelligente, mais à quel prix?

» Marcel Côté, le Bloomberg de Montréal?

» Mélanie Joly, la quatrième candidate


Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.