NOUVELLES

L'Église polonaise ne compensera pas les victimes agressées par des prêtres

04/10/2013 10:46 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

VARSOVIE, Pologne - L'Église catholique polonaise n'a pas l'intention de compenser les victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres.

Le porte-parole de la Conférence épiscopale polonaise, le père Jozef Kloch, a déclaré vendredi sur les ondes de Radio 1 que la responsabilité est celle du malfaiteur, et non celle de l'Église. Sa position tranche radicalement avec celle adoptée dans des pays comme le Canada, les États-Unis ou l'Australie, où l'Église a accepté de dédommager les victimes.

Il a fait ces commentaires en réaction à la compensation de 64 000 $ US que réclame un homme de 25 ans à sa paroisse et aux responsables religieux locaux après avoir été incapable d'en venir à une entente avec eux. Sa demande pourrait maintenant se retrouver devant les tribunaux, une première en Pologne.

Le secrétaire de la Conférence épiscopale, l'évêque Wojciech Polak, s'était précédemment excusé auprès des victimes, en plus de leur offrir une aide psychologique et thérapeutique.

Au moins 27 prêtres ont été reconnus coupables, en Pologne, d'avoir agressé des enfants.

Les procureurs polonais collaborent actuellement avec les dirigeants de République dominicaine pour faire la lumière sur les activités de deux religieux polonais soupçonnés d'agressions dans ce pays. Un des suspects est le nonce apostolique Jozef Wesolowski.

L'archevêque Wesolowski devient le plus haut dirigeant du Vatican à être placé sous enquête pour des agressions sexuelles. Le Saint-Siège l'a relevé de son poste de nonce apostolique le 21 août, après avoir été informé des allégations qui pèsent contre lui. L'affaire devrait tester la détermination du Vatican à gérer efficacement ce genre de problème.

PLUS:pc