NOUVELLES

Le E.coli mobilisé pour combattre des infections difficiles à traiter

04/10/2013 11:34 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Des chercheurs singapouriens ont réussi à mobiliser le tristement célèbre colibacille pour lutter contre d'autres infections bactériennes difficiles à traiter.

Le colibacille est mieux connu sous le nom de E. coli. Certaines souches de cette bactérie peuvent causer des problèmes gastro-intestinaux graves.

Le chercheur Matthew Wook Chang et ses collègues ont réussi à reprogrammer la bactérie pour l'envoyer attaquer et détruire des infections bactériennes visqueuses appelées biofilms. Ces infections s'installent souvent dans les poumons ou la vessie, ou encore sur des appareils médicaux implantés.

Elles sont très difficiles à traiter, puisque les bactéries se cachent sous une couche protectrice de sucres, d'ADN et de protéines qui les met à l'abri des traitements conventionnels. De plus, le recours excessif aux antibiotiques a conféré à certaines bactéries, comme le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline, une résistance à la plupart des traitements connus.

M. Chang et ses collègues ont reprogrammé E.coli pour détecter la présence de Pseudomonas aeruginosa, une bactérie qui peut former des biofilms et provoquer des infections nosocomiales des poumons et de l'intestin. La nouvelle E.coli s'attaque directement à P.aeruginosa à l'aide d'enzymes et de peptides qui détruisent le biofilm.

Les chercheurs affirment que leur technique pourrait être utilisée pour envoyer E.coli attaquer d'autres pathogènes.

Les résultats de l'étude sont publiés dans le journal scientifique ACS Synthetic Biology.

PLUS:pc