NOUVELLES

La FIFA « non responsable » du sort des ouvriers népalais

04/10/2013 03:39 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

La FIFA s'est dite touchée vendredi par le sort des ouvriers sur le chantier du Mondial 2022 au Qatar, mais elle refuse d'en porter la responsabilité.

Au terme de la réunion de son comité exécutif à Zurich, le patron de l'instance dirigeante du football mondial, Sepp Blatter, a d'abord balayé les supputations sur une possible réattribution de l'événement sportif planétaire.

« La Coupe du monde 2022 se jouera au Qatar, c'est tout. Mais on ne sait pas encore si ce sera en été ou en hiver », a-t-il déclaré. Cette question sera étudiée par un nouveau comité consultatif dont le rapport ne sera pas entériné avant la fin de la prochaine Coupe du monde en 2014 au Brésil.

Le Suisse a ensuite rejeté toute responsabilité de la FIFA concernant les sombres conditions des travailleurs migrants, principalement venus d'Asie, dans ce minuscule État du désert. Des conditions dénoncées par plusieurs syndicats et ONG.

Le journal The Guardian en dressait récemment un sordide tableau des chantiers de construction. Le quotidien britannique parlait notamment « d'esclavagisme des temps modernes » et avançait que 44 Népalais étaient morts entre le début juin et le début août.

Les entreprises responsables des travailleurs

« Vraiment de tout coeur, j'exprime toute ma sympathie et tous mes regrets pour ce qui se passe dans un pays quand il y a des morts sur des constructions qui sont en relation avec la Coupe du monde », a affirmé le patron de la FIFA.

« Cela nous touche, mais ce n'est pas une intervention directe de la FIFA qui va changer la situation, a-t-il ajouté. Cette intervention ne peut être faite que par le Qatar lui-même et le Qatar a confirmé qu'il allait le faire. »

Blatter a ensuite fait référence aux entreprises qui ont obtenu les contrats de construction et dont certaines sont européennes. « Ce sont ces entreprises qui sont responsables de la condition des ouvriers, mais ce n'est pas la responsabilité de la FIFA », a-t-il dit.

Blatter est « soit ignorant, soit indifférent aux abus consternants qui se déroulent en ce moment même au Qatar », a déclaré Nicholas McGeehan, chercheur spécialiste de la zone du Moyen-Orient pour l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch.

PLUS:rc