Huffpost Canada Quebec qc

Gravity: 10 choses à savoir sur l'épopée spatiale

Publication: Mis à jour:
GRAVITY REVIEW
Warner Bros.

Il est difficile de trouver le moindre défaut au film d'Alfonso Cuaron Gravity, qui peut être considéré comme le meilleur film de l'année si ce n'est une des plus grandes prouesses techniques de tous les temps. Même s'il vaut mieux éviter d'entretenir le battage médiatique autour du film – comme les discussions prématurées sur sa prochaine victoire aux Oscars – on ne peut pas s'en empêcher (désolé).

Le thriller de l'espace, co-écrit et dirigé par Alfonso Cuaron (Les fils de l'homme, Harry Potter et Le prisonnier d'Azkaban) met en scène Sandra Bullock, dans le rôle de Ryan Stone, et George Clooney, dans celui de l'astronaute Matt Kowalski. Alors que Ryan Stone travaille sur les réparations d'une navette spatiale Explorer, l'équipe en mission est informée qu'un champ de débris prend leur direction. A la suite de l'impact, la navette est détruite, et le câble de Ryan Stone détaché du vaisseau. Sans possibilité de retour, elle doit trouver un moyen de rejoindre la station spatiale internationale avant d'être à court d'oxygène.

Avant de vous précipiter en salle pour savoir comment cette épopée se termine, voici 10 choses que vous devriez savoir sur le film.

1. Les personnages sont un peu cliché

Sur le papier, Gravity est le récit sentimental et cliché de deux âmes perdues : Ryan Stone a perdu sa foi après la mort d'un proche, tandis que Matt Kowalski est un Texan divorcé amateur de country music. On apprend des détails sur la vie des personnages à travers de brèves conversations, ni originales ni profondes. Si vous fermez les yeux pendant ces scènes, Gravity vous semblera peut-être un film typique de George Clooney ou Sandra Bullock. Cependant, mieux vaut ne pas fermer les yeux.

2. On y va pour frissonner

Sans compter Le prisonnier d'Azkaban, Gravity est le film d'Alfonso Cuaron le plus cinématographique, et celui qui explore le moins philosophiquement la condition humaine. A la place, Cuaron a consacré plus de temps sur la prouesse technique, disposant et construisant le suspense, et manipulant le bien-être mental, physique et émotionnel du public. Si vous vous attendez à une histoire complexe ou à des caractères fouillés, vous serez déçu. Gravity est semblable à une montagne russe cinématique plutôt qu'à un voyage tranquille au cinéma – et c'est pourquoi on l'aime tant.

3. Le film va (littéralement) vous couper le souffle

A certains moments du film, il se peut que vous ayez l'impression d'être à court d'oxygène. Vous arrêterez un moment d'agripper le bras de votre fauteuil, prendrez une gigantesque bouffée d'air, et tenterez de calmer vos battements de cœur. Ce sont ces moments de panique implacable qui rendent dévorante l'expérience Gravity. Si l'on devait retenir un film capable de procurer la crise d'anxiété la plus divertissante sur 91 minutes, c'est celui-là (croyez-nous, ça en vaut la peine).

4. Sandra Bullock n'a peut-être jamais été aussi talentueuse

Sandra Bullock apporte un véritable mélange de courage et de peur à son rôle. Il est évident que Ryan Stone est folle de peur, mais elle ne donne jamais l'impression de douter de sa survie. Son personnage est le héros hollywoodien idéal qu'on ne cessera jamais d'acclamer, c'est aussi un personnage profondément humain. Elle n'est pas un super-héros dans cette histoire de survie, encore moins un astronaute professionnel – elle est juste une femme qui essaie de rentrer chez elle en vie. Même s'il n'y a rien dans la performance de Sandra Bullock qu'on n'ait pas déjà vu, c'est malgré tout fort en émotions et honnête. Ses moments de panique et de peur sont si réalistes qu'on en oublie qu'il s'agit d'un personnage de fiction.

5. Regardez-le en 3D

Personne ne tient à porter une paire de lunettes usagée en regardant un film ; c'est gênant, c'est cher, et ça n'offre généralement rien de nouveau. Mais avis à tous les cinéphiles anti-3D : je suis l'une d'entre vous, mais je vous en implore, laissez de côté votre dégoût pour la 3D pendant une heure et demie, mettez cette paire de lunettes encombrante, et partez pour l'espace. Voir la profondeur éblouissante de la Terre sur l'atmosphère épaisse, les débris hyper-réalistes arrivant à toute vitesse vers vous et la complexité d'un minuscule boulon flottant en votre direction sans la moindre gravité, est à couper le souffle. Pour la première fois depuis Avatar, la 3D parvient à mettre efficacement en valeur un film.

6. C'est (probablement) l'épopée spatiale la plus avancée

Peut-être pensez-vous que les déclarations de James Cameron sur Gravity, pour qui le film est « la meilleure épopée spatiale de tous les temps », sont exagérées. Bien sûr, 2001 de Kubrick est depuis longtemps le roi des épopées spatiales, aux côtés des premiers épisodes de Star Wars. Mais James Cameron a raison : l'espace n'avait jamais paru aussi réel et détaillé que dans ce film.

7. C'est peut-être irréaliste mais peu importe

Même si le film peut sembler un peu irréaliste – une incohérence majeure a déjà été repérée par un vrai astronaute – ça n'a pas vraiment d'importance, n'est-ce pas ? Un film dans l'espace ne peut pas être complètement réaliste, surtout un film comme celui-ci qui comprend de nombreux passages complètement fous. Au final, Gravity est un film – et la plupart d'entre nous n'allons jamais être aussi proches de l'espace pour moins de 15$.

8. Les effets sonores font tout

Si l'élément le plus important du film est son aspect visuel, alors le son – ou le manque de son – arrive en deuxième position. Quand on pense à un film, le son n'est certes pas la chose qui nous vient d'abord à l'esprit, mais avec Gravity, on est obligé d'y prêter attention. Alfonso Cuaron prend avantage de l'absence virtuelle de son (du moins pas que l'oreille humaine puisse percevoir) dans l'espace. Il y a plusieurs moments dans le film où le son est littéralement absent, hormis la respiration et les voix des personnages, évoquant la solitude complète et terrifiante de l'espace.

9. Le jeu de caméra d'Alfonso Cuaron est captivant

Connu pour ses scènes particulièrement longues, Alfonso Cuaron offre au spectateur à la fois la grandeur infinie et la claustrophobie de l'espace à travers son jeu de caméra, qui tourne de manière incontrôlable au rythme du corps de Ryan Stone puis nous fait pénétrer dans son casque. La caméra nous fait tournoyer en gravité zéro et l'on perd le contrôle, à la manière d'un astronaute.

10. Le film prouve que la mort du cinéma n'est pas près d'arriver

Vous avez sûrement entendu ces dernières années que le cinéma est en plein déclin et que la 3D détruit le septième art. Gravity, plus que tout autre film, est la preuve du contraire. Devant la 3D la plus hypnotisante et avancée jamais vue dans un film, difficile de nier que Gravity marquera un tournant dans l'histoire du cinéma.

À VOIR AUSSI:

Fall Movie Preview 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.