NOUVELLES

Espagne: 53 personnes ont été condamnées pour corruption

04/10/2013 10:55 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

MADRID - Le plus important procès pour corruption de l'histoire de l'Espagne a pris fin, vendredi, avec la condamnation de 53 personnes et l'acquittement de 42 autres.

Le procès s'était en réalité terminé l'an dernier après avoir duré plus de deux ans, mais le juge a eu besoin de plusieurs mois pour décider de la culpabilité de chaque accusé.

L'affaire concernait une vaste fraude immobilière dans la ville touristique de Marbella, dans le sud du pays, au milieu des années 1990.

Des fonds municipaux avaient été détournés, tandis que des dirigeants et des hommes d'affaire se partageaient les pots-de-vin versés en lien avec la construction d'hôtels, d'immeubles résidentiels et d'infrastructures urbaines. L'argent était ensuite blanchi avec l'aide d'avocats.

D'anciens dirigeants municipaux, des avocats et des gens d'affaire avaient notamment été mis en accusation.

Le cerveau présumé de la fraude, l'ancien urbaniste Juan Antonio Roca, a écopé de la peine la plus lourde, soit 11 ans de prison pour blanchiment d'argent, subornation et fraude. Il a aussi reçu une amende de 326 millions $ US.

Il était incarcéré depuis 2006. Au moment de son arrestation, il comptait parmi les hommes les plus riches d'Espagne et était entre autres propriétaire de vastes propriétés, de taureaux de combat, de chevaux pur-sang, d'oeuvres d'art, de voitures de luxe et de bateaux.

Deux anciens maires de Marbella, Marisol Yague et Julian Munoz, ont reçu des peines de six et deux ans de prison, respectivement.

L'affaire a débuté quand l'ancien propriétaire du club de football Atletico de Madrid, Jesus Gil, était maire de Marbella entre 1991 et 2002. C'est à ce moment que Roca est entré à l'emploi de l'hôtel de ville. Il a affirmé, pendant le procès, qu'il n'avait fait que suivre les ordres du maire.

Gil était confronté à des dizaines d'accusations de fraude quand il est décédé en 2004.

PLUS:pc