NOUVELLES

Brésil: l'ex-ministre Marina Silva n'a pas assez d'appuis pour créer son parti

04/10/2013 08:47 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

SAO PAULO - L'ancienne sénatrice et ex-ministre de l'Environnement du Brésil Marina Silva, la favorite des candidats de l'opposition en vue de la présidentielle de l'an prochain, n'a pas obtenu le nombre de signatures nécessaires pour inscrire son nouveau parti au registre, a tranché le plus haut tribunal électoral du pays.

Mme Silva ne pourra donc pas se présenter en vue de la présidentielle à moins qu'elle ne joigne les rangs d'un autre parti.

Le Tribunal supérieur électoral a indiqué jeudi soir qu'il manquait 50 000 des 492 000 signatures d'électeurs nécessaires pour que le Réseau durable de Mme Silva puisse être enregistré.

Après avoir pris connaissance de la décision du tribunal, Mme Silva a déclaré que son parti n'était peut-être pas enregistré, mais que Réseau durable était tout de même doté de ce qui importait le plus, à savoir l'éthique.

Elle doit décider d'ici samedi si elle souhaite ou non se joindre à un parti déjà existant.

Mme Silva avait déclaré, lors du lancement de son parti plus tôt cette année, que sa formation politique n'était pas créée en vue des élections seulement.

«C'est un parti qui appelle à une nouvelle vision du monde, dans laquelle nous serons tous acteurs et pas seulement spectateurs», avait-elle soutenu.

De récents sondages laissent croire que Mme Silva, qui était ministre de l'Environnement sous le gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva, le prédécesseur de la présidente actuelle Dilma Rousseff, est ressortie plus forte des manifestations ayant secoué le pays en juin. A contrario, la popularité de plusieurs politiciens de haut niveau avait alors plongé.

Dans un sondage mené par l'une des principales firmes brésiliennes de sondage, Datafolha, Mme Silva apparaît comme la candidate préférée de 26 pour cent de l'électorat, tandis que Mme Rousseff, elle, reçoit l'appui de 35 pour cent des électeurs. Les 2615 répondants ont été interrogés entre le 7 et le 9 août, et le sondage comporte une marge d'erreur de plus ou moins deux points de pourcentage.

Mme Silva s'est notamment fait connaître à l'échelle internationale grâce à ses efforts dans la préservation de l'Amazonie lorsqu'elle a servi en tant que ministre de l'Environnement.

En 2009, elle avait claqué la porte du Parti travailliste de Mme Rousseff en raison de divergences de vue sur des politiques et s'était jointe au Parti vert. Mme Silva s'était présentée à l'élection présidentielle en 2010 et avait remporté, à la surprise générale, 20 millions des bulletins de vote au premier tour du scrutin, sans toutefois en détenir suffisamment pour se rendre au second tour.

PLUS:pc