NOUVELLES

Un juge indonésien est arrêté pour corruption

03/10/2013 09:46 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

DJAKARTA, Indonésie - Le juge en chef de la Cour constitutionnelle d'Indonésie a été arrêté pour corruption.

Le juge Akil Mochtar devient le troisième haut dirigeant à être épinglé depuis le début de l'année. Six autres personnes ont été arrêtées en lien avec cette même affaire, qui touche des résultats électoraux serrés.

Mochtar et deux autres suspects ont été arrêtés à son domicile de la capitale. Ils auraient été surpris en flagrant délit et quelque 265 000 $ US auraient été saisis.

Un des deux autres suspects est Chairun Nisa, un parlementaire du parti Golkar. Le juge Mochtar appartenait à cette même formation politique avant d'être nommé à la magistrature en 2008.

On retrouve parmi les autres suspects Hambit Bintih, le chef sortant du district de Gunung Mas, dans le Kalimantan-Centre. Bintih a été réélu le 4 septembre, mais deux rivaux ont porté plainte pour fraude devant la Cour constitutionnelle. Mochtar était membre du panel de trois juges qui se penchait sur cette affaire.

La Cour constitutionnelle est aussi puissante que la Cour suprême. Ses neuf juges se prononcent sur des questions constitutionnelles et électorales.

Le président Susilo Bambang Yudhoyono s'est dit choqué par cette arrestation et s'est questionné sur l'impartialité de décisions précédentes. Un autre expert a estimé que de tels crimes devraient être passibles de la peine de mort.

PLUS:pc