NOUVELLES

La LNH impose une amende de 10 000 $ à l'entraîneur de l'Avalanche Patrick Roy

03/10/2013 09:34 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - La LNH a imposé une amende de 10 000 $ à Patrick Roy pour son comportement à la fin du match de mercredi soir entre l'Avalanche du Colorado et les Ducks d'Anaheim.

L'imposition de l'amende a été confirmée par le club de Denver à La Presse Canadienne, jeudi.

La décision de la ligue a été annoncée à Roy en début d'après-midi, à la suite d'une conversation téléphonique avec Colin Campbell, premier vice-président aux opérations hockey du circuit Bettman.

Peu après la sirène finale d'un match remporté 6-1 par l'Avalanche, un Roy en colère a crié vers les Ducks à travers la baie vitrée qui séparait les deux bancs.

Encore bouillant, il a ensuite poussé le baie vitrée de ses deux mains pas seulement une fois, mais une deuxième fois, alors qu'elle était déjà déplacée de son socle. Ce geste aurait pu blesser Bruce Boudreau, l'entraîneur des Ducks, qui se trouvait de l'autre côté.

Roy, qui en était à son premier match du calendrier régulier comme entraîneur-chef dans la LNH, était en colère parce que sa recrue Nathan MacKinnon avait été la cible d'un contact tardif genou contre genou. Une aucune punition n'a été décernée sur le jeu.

«Ç'aurait dû être une punition, selon moi, a dit Roy après la rencontre. Je ne crois pas que la ligue a besoin de ce genre de coup salaud.»

Alors que la victoire était dans la poche et qu'il ne restait que quelques secondes à jouer, Roy a envoyé les durs à cuire Patrick Bordeleau et Cody McLeod sur la patinoire. Ce qui a mis les Ducks en furie.

À Denver, jeudi, Roy a déclaré qu'il n'hésiterait jamais à défendre ses joueurs.

Le membre du Panthéon du hockey s'est dit loin d'être heureux du comportement de Boudreau, qui a mal accepté que Roy parle directement à ses joueurs, et s'adresse souvent aux arbitres.

«L'année va être longue s'il se met à crier vers tous les joueurs et à se plaindre aux arbitres à chaque arrêt de jeu, avait commenté Boudreau après la rencontre de mercredi. Ce n'est pas comme ça que ça se passe.»

«Ce que Boudreau a dit est un mensonge. Mentir, c'est un manque de classe», a réagi Roy.

Les officiels de la rencontre ont décerné une inconduite de match à Roy, mais celui-ci s'est aussi attiré les applaudissements des partisans, qui espèrent que l'ancien gardien de but de l'Avalanche pourra ramener la concession à ses années de gloire.

En s'enrageant ainsi, Roy ne s'est toutefois pas fait d'amis chez les Ducks.

Il a enguirlandé les joueurs adverses puis il a crié vers Boudreau, qui n'a pas tardé à répliquer. C'est à ce moment que Roy a poussé sur la baie vitrée et l'a fait pencher, puis a poussé dessus une deuxième fois, ce qui a surpris Boudreau.

«Il a mis ses gros gars sur la glace à la fin, probablement pour faire un gros spectacle avec ça. Je ne suis pas surpris», a dit le défenseur des Ducks François Beauchemin, en faisant allusion à la présence de Bordeleau et McLeod sur la patinoire en fin de partie, ce qui a provoqué une mêlée générale devant le banc de l'Avalanche.

Les événements de fin de match ont fait de l'ombre à ce qui, jusque-là, avait été une belle soirée d'ouverture pour l'Avalanche. Semyon Varlamov a été solide devant le filet alors qu'il a réalisé 35 arrêts, tandis que Jamie McGinn a inscrit deux buts, les deux à la suite de relais de MacKinnon.

PLUS:pc