NOUVELLES

La détérioration rapide du pont Champlain inquiète le maire de Brossard

03/10/2013 09:12 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

Le maire de Brossard, Paul Leduc, craint qu'une détérioration plus rapide que prévu du pont Champlain bouscule les échéanciers et compromette la qualité du nouveau pont.

Interrogé sur les ondes de RDI au sujet des travaux d'urgence effectués sur une centaine de poutres du pont Champlain en raison de faiblesses décelées dans les câbles de la structure, le maire Leduc s'est dit préoccupé par la situation.

Le maire n'a par ailleurs pas été plus rassuré par la déclaration du ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel, qui a déclaré que la construction du nouveau pont pourrait être accélérée si l'état de la structure actuelle se détériorait plus rapidement que prévu.

En tout respect pour le travail accompli par le ministre Lebel dans le dossier, Paul Leduc craint pour la qualité de construction du nouveau pont, qui pourrait selon lui être compromise par l'empressement à atteindre des échéanciers réduits.

Ottawa entend consacrer 380 millions de dollars au cours des prochaines années pour sécuriser le vieux pont en attendant la construction du nouveau.

En ce qui a trait au débat sur l'imposition d'un péage sur le nouveau pont, le maire de Brossard n'aime pas l'idée, mais s'y résigne.

Le maire a par ailleurs pris ses distances d'une étude divulguée plus tôt cette semaine dans les médias voulant qu'un péage sur le nouveau pont créerait d'énormes bouchons sur les autres ponts. Paul Leduc voit en effet difficilement comment les autres ponts, déjà saturés, pourraient accueillir 30 000 voitures de plus par jour.

Paul Leduc n'est également pas d'accord avec l'étude qui prédit un achalandage supplémentaire sur le nouveau pont de 1500 personnes par jour dans les transports collectifs.

Selon lui, beaucoup plus de gens utiliseront un éventuel service de train léger ou les autobus rapides pour traverser le pont.

PLUS:rc