NOUVELLES

Des écoles en Saskatchewan ferment leurs portes à cause d'un agresseur sexuel

03/10/2013 07:21 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

KINDERSLEY, Sask. - Des écoles de plusieurs communautés du centre-ouest de la Saskatchewan ont barré leurs portes et gardé les enfants à l'intérieur, jeudi, après avoir été avertis de la présence possible d'un agresseur sexuel potentiellement dangereux et violent.

Selon les autorités de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Kindersley, une automobile liée à Michael Sean Stanley aurait été vue deux fois. D'autres informations faisaient aussi état que Stanley pourrait avoir été aperçu à pied dans le secteur de Kindersley, jeudi après-midi, et à Rosetown, tout juste à l'est de Kindersley.

Trois écoles situées à Kindersley, ainsi que d'autres dans les communautés de Coleville, Eston, Marego, Eatonia et Plenty ont été placées en mode «confinement et sécurité». De plus, la GRC a indiqué que l'alerte serait en vigueur pendant au moins 24 heures à moins que le suspect ne soit arrêté, a confié Roxan Foursha, une porte-parole de la commission scolaire Sun West.

La GRC avait par ailleurs fait savoir qu'une école primaire de Rosetown avait également été placée en mode «confinement et sécurité», mais Mme Foursha a affirmé que ce n'était pas le cas.

Stanley, un homme originaire d'Edmonton, possède un lourd passé en matières d'infractions sexuelles, incluant l'enlèvement d'enfants sur des terrains de jeux. Le bracelet de surveillance électronique de Stanley a été retrouvé mardi sur le toit d'une entreprise de Lloydminster. Il avait été coupé.

Mme Foursha a précisé que les autobus scolaires n'étaient pas disponibles pour ramener les élèves à la maison jeudi.

«La GRC a avisé les parents qu'ils devaient se présenter à l'école et venir chercher leurs enfants, et seulement leurs propres enfants», a-t-elle déclaré.

Mme Foursha ne pouvait dire combien d'enfants étaient touchés par cette mesure. Quatre des écoles accueillent des élèves de la maternelle jusqu'à la 12e année, mais même ces enfants plus âgés devaient rentrer chez eux avec leurs parents, a-t-elle précisé.

Les élèves pouvaient toutefois se déplacer à l'intérieur des écoles.

Des écoles publiques de Lloydminster, une ville se trouvant sur la frontière séparant l'Alberta de la Saskatchewan, ont barré leurs portes et gardé les élèves à l'intérieur, mercredi, après que des rumeurs eurent circulé à l'effet que Stanley se trouvait dans le secteur.

Cette mesure a été levée jeudi matin après que la GRC eut indiqué qu'il était très probable que Stanley avait quitté la ville.

PLUS:pc