NOUVELLES

De Kanye West à Pharrell, les vedettes du hip-hop appuient Miley Cyrus

03/10/2013 12:16 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - La jeune chanteuse Miley Cyrus possède son lot de détracteurs, mais elle peut également compter sur un groupe pour la soutenir: les rappeurs.

Pharrell a produit plusieurs chansons du nouvel album de Cyrus. La voix de la chanteuse peut être entendue sur les derniers albums de Snoop Lion et will.i.am. Big Sean lui a demandé d'être en vedette dans son clip pour la chanson «Fire». Et pour couronner le tout, Kanye West l'a invitée à chanter sur le remix de «Black Skinhead», l'hymne anti-racisme de son album «Yeezus».

L'album de Miley Cyrus, «Bangerz», qui doit paraître le 8 octobre, inclut des collaborations avec Big Sean, Nelly, Future et French Montana. En entrevue, Juicy J a qualifié la jeune femme de 20 ans de «génie».

Le rappeur 50 Cent, qui n'a pas encore travaillé avec elle, a ajouté que Cyrus «pouvait participer à n'importe quel projet lié au hip-hop parce qu'elle est rebelle».

L'idée que l'ancienne vedette de la série jeunesse «Hannah Montana» puisse être devenue une muse de la communauté rap peut sembler étrange, mais Mike WiLL Made-It, qui a produit «Bangerz», croit que la chanteuse a séduit les rappeurs parce qu'elle ne suit pas les traces de vedettes pop comme Katy Perry, trouvant plutôt sa propre voie.

D'autres, comme la directrice de la section divertissement du magazine «Essence», Cori Murray, croient plutôt que ses collaborations sont davantage dues à sa popularité du moment qu'à son talent.

«Les affaires sont les affaires. Ils sont dans l'industrie de la musique, c'est la fille de l'heure, donc pourquoi ne pas enregistrer avec la fille de l'heure?», a-t-elle avancé.

Certains rappeurs ont d'ailleurs leurs réserves lorsqu'il est question de la jeune femme. Lorsqu'on lui a demandé son opinion sur les collaborations de Cyrus avec de grands noms du rap, Ahmir «Questlove» Thompson a répondu: «Ou l'idée que Miley nous utilise comme accessoires? Je ne sais pas.»

«Je pensais à peu près la même chose de Gwen Stefani lorsqu'elle a eu sa période asiatique. Au final, on se demande si on ne devient pas des objets», a-t-il ajouté.

PLUS:pc