NOUVELLES

Oléoduc Keystone XL: TransCanada n'attend pas de décision avant 2014

02/10/2013 12:47 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST
AP

Le président américain Barack Obama ne devrait pas rendre de décision dans le dossier controversé de l'oléoduc Keystone XL, devant acheminer du pétrole de l'ouest canadien au Golfe du Mexique, avant 2014, a estimé mercredi la société TransCanada.

L'avancement de ce projet transfrontalier est tributaire d'une autorisation de la Maison Blanche, car le projet traverse une frontière.

D'abord attendu en 2012, puis début 2013, "le permis présidentiel n'est plus attendu d'ici la fin de l'année", a noté l'opérateur canadien d'oléoducs TransCanada dans des documents remis mercredi au gendarme boursier américain, la Securities and Exchange Commission (SEC).

De fait, ajoute l'entreprise, "l'entrée en service initialement attendue en 2013 doit également être retardée".

Long de 2 700 km, Keystone XL devrait acheminer le brut extrait des sables bitumineux de la province d'Alberta vers les raffineries du Golfe du Mexique, au Texas. Keystone XL ferait plus que doubler la capacité de transports actuellement permise par un circuit, plus long, d'oléoducs.

Grand avocat de ce projet, le gouvernement canadien a plusieurs fois pressé Washington de donner son accord, en vain jusqu'à présent.

Les Etats-Unis hésitent à approuver sa construction pour des considérations environnementales. Barack Obama a averti fin juin que le projet ne serait autorisé que s'il n'engendrait pas une hausse des émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique. Ces propos avaient nourri l'espoir des associations écologistes.

Un mois plus tard, le président des Etats-Unis avait encore semblé douter de l'utilité de ce projet pétrolier en indiquant qu'il ne créerait que "50 emplois permanents" aux Etats-Unis.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines