NOUVELLES

Lévis Force 10 sous la loupe du DGE

02/10/2013 06:29 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST

Le Directeur général des élections du Québec (DGE) mène une enquête sur des allégations d'irrégularités au sein du parti de Danielle Roy-Marinelli. Un ex-organisateur de Lévis Force 10 soutient avoir été témoin de certaines irrégularités.

Michel Soucy, aujourd'hui candidat pour le Renouveau Lévis, affirme avoir été témoin de financement occulte entre 2005 et 2009.

Il soutient que des « cadeaux » en argent comptant étaient remis aux bénévoles de Lévis Force 10. « Ces gens-là étaient à peu près tous payés. Et payé avec du cash. Cet argent, je ne sais pas d'où il venait, il venait de la caisse occulte du parti », affirme-t-il.

Michel Soucy a rencontré à trois reprises des enquêteurs du DGE au cours des derniers mois, dont une fois sous serment.

L'ancien organisateur allègue qu'à cette époque Lévis Force 10 possédait une liste de donateurs sur laquelle se retrouvent des noms d'entreprises accolées à des noms de donateurs ainsi que la personne qui les a sollicités. Cependant, il ne sait pas si certains donateurs ont servi de prête-noms.

Le nouveau chef de Lévis Force 10, Gilles Lehouillier, a demandé un avis juridique qui indique que la liste est légale et conforme aux lois électorales. Il y voit le geste d'un adversaire politique mal intentionné.

« Derrière l'équipe d'Antoine Dubé [chef du Renouveau Lévis], il y a l'équipe Gaston Cadrin. C'est ce même Gaston Cadrin qui était président du Renouveau Lévis et qui a lancé des accusations non fondées pendant quatre ans », souligne M. Lehouillier.

La mairesse sortante Danielle Roy-Marinelli, ex-chef de Lévis Force 10, trouve « malhonnête » que ces allégations sortent en pleine campagne électorale alors qu'elles remontent à plusieurs années. Elle dit faire confiance à l'équipe qui s'occupait du financement de son parti et reproche à M. Soucy de ne pas avoir porté plainte plus tôt.

Le chef du Renouveau Lévis demeure quant à lui prudent sur les allégations de son candidat. Antoine Dubé parle d'« une initiative personnelle ».

L'enquête du DGE a peu de chance d'être complétée avant le scrutin du 3 novembre.

PLUS:rc