NOUVELLES

Le TSX recule avec la nervosité accrue quant à la fermeture du gouvernement US

02/10/2013 06:23 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse mercredi, les opérateurs craignant de plus en plus que la fermeture partielle du gouvernement — qui en était à sa deuxième journée — soit plus longue que prévu et qu'elle ait un impact sur les négociations entourant la hausse du plafond de la dette américaine à la mi-octobre.

L'indice composé S&P/TSX a terminé la journée sur un recul de 8,44 points à 12 839 points. Les pertes ont été partiellement limitées par les gains du secteur aurifère, la réputation de valeur refuge du lingot d'or ayant fait grimper son cours.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,06 cent US à 96,79 cents US.

Les républicains de la Chambre des représentants du Congrès américain insistent pour que les démocrates négocient au sujet de la nouvelle loi sur les soins de santé pour régler l'impasse actuelle. Les démocrates du Sénat veulent quant à eux pour que les républicains adoptent un projet de loi temporaire sur le financement sans qu'aucune condition ne lui soit rattachée.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 58,56 points à 15 133,14 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a laissé 1,13 point à 1693,87 points et que l'indice composé du Nasdaq a échappé 2,96 points à 3815,02 points.

La firme de service de paye ADP a indiqué mercredi que le secteur privé américain avait créé 166 000 emplois le mois dernier, soit moins que les 178 000 nouveaux emplois attendus. Elle a en outre révisé à la baisse ses chiffres sur la création d'emploi pour les deux mois précédents.

C'est vraisemblablement les seules données sur l'emploi que les courtiers pourront consulter cette semaine, puisqu'une des conséquences de l'arrêt de travail forcé de la fonction publique fait en sorte que le rapport qui aurait dû être dévoilé vendredi sur l'emploi en septembre ne le sera pas, comme l'a annoncé mardi le département du Travail.

La réaction du marché à la fermeture du gouvernement a été relativement minime jusqu'à présent, les acteurs du monde de la finance espérant que les dommages économiques de l'impasse budgétaire ne seraient pas trop importants puisque la crise ne serait pas trop longue.

Mais la crise du Congrès ne donne pas de signe de vouloir s'atténuer et certains élus des deux partis laissent entendre que la paralysie pourrait s'étirer sur quelques semaines.

À cela vient s'ajouter la date limite du 17 octobre, moment où les États-Unis atteindront la limite de leur capacité d'emprunt et commenceront à manquer d'argent pour payer leurs comptes, à moins qu'une entente sur le plafond de la dette ne soit conclue d'ici là.

La dernière fois qu'une telle impasse s'est présentée au sujet du plafond de la dette, en août 2011, cela a entraîné une réduction de la note de crédit du pays de la part de Standard & Poor's et a fait plonger les Bourses.

À Toronto mercredi, le secteur de l'énergie a affiché le plus important recul, soit 0,75 pour cent, même si le cours du pétrole brut a bondi de 2,06 $ US à 104,10 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur des télécommunications a reculé de 0,64 pour cent, l'action de Rogers Communications (TSX:RCI.B) ayant laissé 44 cents à 43,91 $.

Le secteur de la finance a aussi perdu des plumes, avec une baisse de 0,44 pour cent. L'action de la Financière Sun Life (TSX:SLF) a rendu 27 cents à 32,85 $.

Le groupe aurifère a progressé d'environ 0,84 pour cent, le cours du lingot d'or s'étant apprécié de 34,60 $ US à 1320,70 $ US l'once à New York. L'action de Barrick Gold (TSX:ABX) a avancé de 42 cents à 19,02 $.

Le secteur des métaux de base a lui aussi avancé, de 0,73 pour cent, le cours du cuivre ayant gagné 4 cents US à 3,32 $ US la livre à New York. Le titre de Teck Resources (TSX:TCK.B) s'est adjugé 47 cents à 27,88 $.

PLUS:pc