NOUVELLES

Fortress Paper pourrait renouer avec la pâte à papier à l'usine de Thurso

02/10/2013 06:20 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Fortress Paper pourrait reprendre la production de pâtes à papier à son usine de cellulose de Thurso, dans l'Outaouais, parce que les prix de la pâte pour transformation chimique — largement utilisée par le secteur du textile en Chine — continuent de chuter.

L'usine de Thurso avait laissé de côté la pâte Kraft en 2011, tout juste après que les prix eurent atteint des sommets pour la pâte pour transformation chimique.

Depuis ce temps, les prix ont chuté de plus du tiers pour atteindre environ 880 $ US la tonne, tandis que les prix de la pâte à papier ont grimpé.

Le chef de la direction, Chadwick Wasilenkoff, a dit s'attendre à ce que la production annuelle de l'usine de 200 000 tonnes soit dirigée entièrement vers le marché de la pâte pour usages chimiques à long terme, mais a ajouté que de 20 à 60 pour cent de la production pourrait être convertie au papier et à une pâte spécialisée — dont la nature n'a pas été précisée — pendant six à douze mois.

Fortress Paper, établie à Vancouver, a dépensé 120 millions $ en coûts d'immobilisations pour transformer l'usine de l'Outaouais qui emploie 375 personnes.

D'autres catégories de pâtes dissolvantes sont utilisées dans les filtres pour cigarettes, les pellicules transparentes, les additifs chimiques et les écrans LCD. Elles sont aussi utilisées à titre d'agent liant par des sociétés pharmaceutiques et des entreprises du secteur alimentaire. La pâte dissolvante est plus coûteuse à produire car elle nécessite l'apport de plus de fibres et de produits chimiques.

M. Wasilenkoff a indiqué qu'une décision finale pourrait être annoncée dans environ un mois, et que le tout serait finalisé à faibles coûts.

Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, a soutenu que Fortress (TSX:FTP) ferait face à plusieurs défis dans sa volonté de transformation. Il a notamment fait valoir que les plans de conversion à court terme pourraient se buter à une incapacité de développer une clientèle de base prête à payer le prix attendu.

Il a qualifié cette transformation de «geste désespéré» dans le contexte de possibles augmentations de tarifs à l'exportation de la part de la Chine. Une enquête est en cours en Chine concernant des allégations de pratiques de dumping par le Canada, les États-Unis et le Brésil.

«Cette stratégie est logique si elle vous permet de perdre moins d'argent ou en fait d'en gagner, mais vous n'allez pas procéder ainsi avant de connaître la nature d'une telle taxe sur les exportations», a expliqué l'analyste.

Mais M. Wasilenkoff a soutenu que les allégations de la Chine de pratiques de dumping par le Canada, les États-Unis et le Brésil émanaient d'une évaluation unique de toutes les catégories de pâtes dissolvantes, incluant des produits de haute qualité qui nécessitent des coûts supérieurs à 1600 $ US la tonne.

Par ailleurs, Fortress a annoncé mercredi avoir commencé à fournir de l'électricité à Hydro-Québec après avoir finalisé les examens requis pour son installation de cogénération à Thurso. Le premier transfert a été fait mardi soir, soit environ dix mois plus tard que prévu. Le retard, attribué principalement à des problèmes d'équipement, devrait coûter à Fortress environ 1 million $ en pénalités, ou 3000 $ par jour.

À la Bourse de Toronto, l'action de Fortress a gagné mercredi deux cents, ou moins d'un pour cent, clôturant à 7,02 $.

PLUS:pc