NOUVELLES

États-Unis: les républicains veulent rouvrir partiellement l'Etat fédéral

02/10/2013 07:03 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST
Getty
US President Barack Obama speaks alongside people who will benefit from health insurance plans under the Affordable Care Act, as well speaks about the government shutdown in the Rose Garden of the White House in Washington, DC, October 1, 2013. AFP PHOTO / Saul LOEB (Photo credit should read SAUL LOEB/AFP/Getty Images)

WASHINGTON - La Chambre des représentants américaine, dominée par les républicains, a adopté mercredi des mesures pour rouvrir certains services de l'Etat fédéral, dont la fermeture commençait à provoquer un scandale, mais Barack Obama a menacé d'y opposer son veto.

Le plan était le cinquième élaboré depuis samedi par les républicains et semblait lui aussi voué à l'échec, les démocrates du Sénat réclamant une loi de finances générale de six semaines qui couvrirait l'ensemble de l'Etat fédéral, à l'inverse d'une approche "par morceaux".

Les représentants ont adopté deux mini-projets de lois de finances très spécifiques, pour les services fédéraux suivants: les parcs, musées et monuments nationaux, et la recherche contre les maladies graves comme le cancer.

Ils ont aussi approuvé une mesure finançant les services municipaux de la ville de Washington, dont le budget dépend du Congrès.

L'opposition démocrate a voté contre, sauf pour la mesure concernant la capitale fédérale, adoptée à l'unanimité.

Le chef de la majorité démocrate du Sénat a répondu par une fin de non recevoir mercredi, en dénonçant la tactique de ses adversaires comme "irresponsable et dangereuse".

"De quel droit peuvent-ils sélectionner et choisir quelle partie de l'Etat ils vont financer?", a demandé Harry Reid lors d'une conférence de presse.

Les républicains ont choisi des secteurs dont la paralysie déclenchait un scandale politique, dans l'espoir de rejeter la faute sur les démocrates en les forçant à voter contre des mesures a priori populaires.

L'image d'anciens combattants en chaises roulantes se heurtant à des barrières fermant l'accès à un mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington était activement relayée par les républicains, qui ont accusé les démocrates de manquer de respect envers les vétérans.

Le report de traitements expérimentaux aux Instituts nationaux de la santé (NIH), notamment pour des enfants malades du cancer, a aussi déclenché une tempête.

"Le chef des démocrates dit aux enfants cancéreux qu'il ne les aidera pas", a écrit le républicain Steve Stockman sur Twitter.

"Si on veut rouvrir nos parcs naturels, si on veut vraiment aider nos vétérans, il y a une façon très simple de procéder, tout de suite: il faut que le président de la Chambre permette un vote" sur une loi de finances générale, a répliqué le démocrate Chris Van Hollen.

Même si ces textes étaient approuvés ensuite par le Sénat, la Maison Blanche a annoncé mercredi que Barack Obama y opposerait son veto.

Obamacare: l'Internet a parlé

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.