NOUVELLES

Des forestières s'apprêtent à présenter des demandes à Fredericton

02/10/2013 09:30 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST

Les plus grandes entreprises du secteur forestier au Nouveau-Brunswick vont bientôt demander au gouvernement provincial d'investir davantage dans les forêts.

La plantation d'arbres et la gestion des forêts de feuillus étaient au coeur des discussions du colloque d'automne du Forum canadien des opérations forestières, qui se termine mercredi à Edmundston. Plus de 170 personnes du secteur forestier, majoritairement du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, du Québec, de l'Ontario et de la Nouvelle-Angleterre, y participent.

Les intervenants discutent d'activités forestières, de caractérisation de la ressource et, surtout, de sylviculture. Quatre grands noms de l'industrie forestière, dont le Groupe Savoie et J. D. Irving, s'apprêtent à demander au gouvernement provincial d'investir davantage dans les forêts.

« La sylviculture dans la province du Nouveau-Brunswick, il y a un potentiel énorme. On a fait des constatations à plusieurs reprises en faisant des visites en forêt qu'il y aurait des opportunités énormes de faire beaucoup plus de sylviculture, que ce soit dans les forêts de bois mou ou toutes les nouvelles connaissances qu'on va apprendre dans le feuillu. Il y a des opportunités énormes d'augmenter la capacité forestière des forêts de la province du Nouveau-Brunswick », explique Alain Ouellet, directeur régional chez J. D. Irving.

Il n'est possible d'obtenir des commentaires du ministre des Ressources naturelles, Paul Robichaud, sur les intentions de son gouvernement.

Gaétan Pelletier, directeur de l'Institut de recherche sur les feuillus nordiques, à Edmundston, ne croit pas que le gouvernement va investir plus d'argent dans les forêts dans le contexte économique actuel. Il conseille au gouvernement de concentrer ses efforts sylvicoles dans les régions où les rendements sont les meilleurs, et de faire un meilleur travail de régénération dans les zones où sont plantés des feuillus.

L'industrie forestière emploie plus de 11 000 personnes au Nouveau-Brunswick. Elle injecte dans l'économie provinciale plus de 1 milliard de dollars en salaires chaque année.

PLUS:rc