NOUVELLES

Obama souligne l'entrée en vigueur d'un nouveau programme d'assurance médicale

01/10/2013 06:40 EDT | Actualisé 01/12/2013 05:12 EST

WASHINGTON - Le président des États-Unis, Barack Obama, a qualifié d'«historique» la journée d'entrée en vigueur d'un élément phare de sa réforme de la santé, mardi, inaugurant un nouveau programme d'assurances visant à élargir l'accès aux soins à ceux qui ne bénéficient pas d'une couverture médicale, malgré l'arrêt partiel des activités de la fonction publique fédérale.

M. Obama a affirmé que la possibilité de se procurer une assurance abordable allait changer la vie de ceux qui n'en avaient pas la chance avant le lancement de ce programme, ouvert aux inscriptions pour une durée de six mois à partir de mardi.

Pour démontrer que les Américains attendaient impatiemment une telle réforme, le président a déclaré que plus d'un million de personnes avaient visité le site Web du programme avant 7 h mardi matin, ce qui dépasse les attentes du gouvernement — et qui a ralenti le système dans certains cas.

Il s'agit d'une question de vie ou de mort, a affirmé le président dans la roseraie de la Maison-Blanche, entouré de partisans qui prévoient s'inscrire au programme. Selon lui, des dizaines de milliers d'Américains meurent chaque année parce qu'ils n'ont pas d'assurance médicale, tandis que d'autres font faillite.

Des millions de personnes seront maintenant libérées de cette peur, a-t-il déclaré.

M. Obama a encouragé les Américains à téléphoner ou à se rendre sur Internet, faisant la promotion de ce système en ligne qui offrira plus d'options, en plus d'être plus compétitif et abordable. Pour que tout fonctionne comme prévu, l'administration Obama a besoin de dix millions d'inscriptions — des citoyens jeunes et en santé pour la plupart — afin de compenser les coûts engendrés par les prestataires dont les soins de santé coûtent plus cher.

M. Obama a admis qu'il y avait déjà eu et qu'il y aurait encore des accrochages dans le rodage du programme, mais que c'était normal et que les problèmes seraient résolus. L'administration espère recruter sept millions de personnes au cours de la première année du programme.

L'apparition publique de M. Obama marquait le coup d'envoi d'une importante campagne démocrate visant à recruter le plus d'Américains possible dans le programme d'assurance, un élément central de la réforme de la santé du président.

L'entrée en vigueur du programme a toutefois été assombrie par l'arrêt partiel des activités de la fonction publique fédérale partout aux États-Unis. Le Congrès, déchiré sur le maintien ou non de la réforme de la santé, a dépassé l'heure limite de minuit, mardi, afin de maintenir le financement des activités du gouvernement.

Cette paralysie a entraîné la mise au chômage forcé de centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux, dont plusieurs employés proches de M. Obama. La Maison-Blanche a dû renvoyer à la maison les trois quarts de ses employés en raison de la première «fermeture» du gouvernement en près de 20 ans.

La controverse autour de sa réforme de la santé, trois ans après sa présentation, semble avoir atteint la patience de M. Obama. Visiblement irrité par les efforts continus des républicains pour faire avorter sa réforme en brandissant la menace d'une paralysie du gouvernement, il a reproché à ses adversaires leur «croisade idéologique visant à priver des millions d'Américains d'une assurance médicale».

«Cette fermeture ne concerne pas les déficits ni les budgets», a-t-il déclaré. «Elle vise à ralentir nos efforts pour fournir une couverture médicale à des gens qui n'en ont pas. Elle vise à retenir la loi sur la protection des patients et des soins abordables.»

«Cela, plus que tout autre chose, semble la raison d'être du Parti républicain ces jours-ci», a-t-il ajouté.

Fermeture ou non, le nouveau programme d'assurance reste ouvert, a précisé M. Obama aux citoyens. Le financement de la plus grande partie de la loi sur les soins de santé et d'autres services essentiels, tels que la sécurité sociale, le contrôle aérien et la défense nationale, sont protégés des aléas du Congrès.

«C'est en marche et c'est là pour durer», a déclaré le président.

M. Obama a envoyé ses plus hauts représentants mardi pour faire la promotion des nouveaux régimes d'assurance, a indiqué la Maison-Blanche. Le vice-président Joe Biden a fait le tour des radios universitaires, tandis que Michelle Obama a publié un éditorial dans un magazine féminin en ligne. La conseillère en chef de M. Obama, Valerie Jarett, et d'autres responsables ont été invités à des émissions de radio afro-américaines.

PLUS:pc