NOUVELLES

L'opposition dénonce le fait que Boisclair soit toujours sous-ministre

01/10/2013 06:36 EDT | Actualisé 01/12/2013 05:12 EST

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) ont lancé, mardi, un nouveau pavé dans la mare, dénonçant le fait que le gouvernement péquiste n'ait pas encore départi André Boisclair de son titre, ni de sa rémunération, de sous-ministre adjoint.

André Boisclair avait été nommé dans la haute fonction publique québécoise en même temps qu'il avait hérité du poste de délégué général à New York.

Par la suite, le gouvernement péquiste avait reculé devant le tollé qu'avait suscité l'octroi, à André Boisclair, de ce poste bien rémunéré et assorti d'une permanence à vie. Le 6 décembre dernier, Pauline Marois avait annoncé que l'ex-chef péquiste renoncerait à être sous-ministre adjoint.

Or, dix mois plus tard, cette nomination est toujours en vigueur. Une situation décriée tant par le leader parlementaire des libéraux, Jean-Marc Fournier, que par le député caquiste de Shefford, François Bonnardel.

Jean-Marc Fournier note qu'il y a eu plus de 40 conseils des ministres depuis cette promesse faite par Pauline Marois, mais qu'aucun d'entre eux n'a donné lieu à la révocation du décret concernant le poste d'André Boisclair.

Le ministre Jean-François Lisée a expliqué que le gouvernement n'avait pas encore procédé dans cette affaire parce qu'il attend le rapport d'un comité-conseil, rapport qui vise à mieux encadrer l'accès à la haute fonction publique.

Rappelons qu'André Boisclair a temporairement quitté ses fonctions de délégué général du Québec à New York, la semaine dernière, dans la foulée de la controverse suscitée par les déclarations du député Jacques Duchesneau, de la CAQ. André Boisclair a par la suite annoncé qu'il entamait des procédures judiciaires contre M. Duchesneau et son chef, François Legault, pour atteinte à sa réputation.

Avec les informations de Martine Biron et Julien Lafille

PLUS:rc