NOUVELLES

Des manifestantes Femen perturbent la période de questions à Québec

01/10/2013 02:43 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

Trois militantes se réclamant du mouvement Femen ont perturbé la période de questions à l'Assemblée nationale, mardi après-midi, en se dénudant les seins et en criant des slogans contre la présence du crucifix au Salon bleu.

Au moment où la première ministre Pauline Marois s'est levée pour répondre à la première question de Jean-Marc Fournier, les femmes juchées à la tribune se sont mises à scander une dizaine de fois « crucifix, décâlisse! ». 

Des responsables de la sécurité les ont interceptées, avant de les escorter hors du Salon bleu. Les trois femmes ont depuis été relâchées.

La manifestation a été organisée par le groupe Femen Québec, qui a expliqué à Radio-Canada que trois manifestantes de Montréal s'étaient rendues à l'Assemblée nationale pour ce coup d'éclat. Seulement deux d'entre elles ont réussi à se dévêtir à temps avant l'intervention des agents de sécurité. En fait, dès leur arrivée à l'Assemblée nationale, les agents les ont repérées et se sont mis à les surveiller. Ils les ont même averties qu'ils « ne voulaient pas de problèmes avec les Femen », mais qu'ils ne pouvaient pas leur interdire l'accès au salon bleu.

Après la manifestation, les agents de sécurité on expliqué aux trois jeunes femmes qu'elles étaient bannies de l'Assemblée nationale et qu'elle pourraient être accusées de grossière indécence ou de trouble à l'ordre public.

Les militantes précisent qu'elles ont été bien traitées par les agents.

Contre le crucifix, symbole de la Grande noirceur

Les Femen ont publicisé leur action sur leur page Facebook. On peut les voir poser, sur des photos, dans une église, devant des symboles religieux. Ces photos ont été prises avant leur coup d'éclat au salon bleu. On peut notamment lire dans leurs messages « Non à un gouvernement qui accepte la présence religieuse en son sein! Oui à la laïcité de l'État ! ».

Une photo montre une manifestante près de la statue de l'ancien premier ministre Maurice Duplessis devant l'Assemblée nationale. Sur une pancarte, on peut lire « Je suis mort mais mon crucifix me remplace ».

Les Femen affirment que l'intervention de mardi visait spécifiquement le crucifix à l'Assemblée nationale, qu'elles considèrent comme un symbole de la Grande noirceur, « un souvenir douloureux, spécialement pour les femmes ».

Des messages sur leur page Facebook disent d'ailleurs qu'elles souhaitent « décrucifier le Québec ».

Selon « Morgane », membre de Femen jointe au téléphone, le groupe n'a pas de position ferme sur la Charte des valeurs québécoises.

Le groupe dit lutter notamment contre le sexisme, le racisme, l'homophobie, les excès de la libération sexuelle, mais aussi les pressions sociales, notamment les pressions religieuses.

PLUS:rc