POLITIQUE

Dépenses injustifiées: une sénatrice proche de Stephen Harper promet de rembourser

01/10/2013 12:22 EDT | Actualisé 01/10/2013 12:22 EDT
CP

Une sénatrice proche de Stephen Harper, qui possédait une propriété à Ottawa au début de son mandat, a promis de rembourser les frais de subsistance réclamés pour des journées où elle ne siégeait pas au Sénat.

Après avoir servi dans le cabinet de Stephen Harper, Carolyn Stewart Olsen a été nommée au Sénat le 27 août 2009 pour représenter sa province natale du Nouveau-Brunswick. La sénatrice avait emménagé dans la capitale nationale dans les années 80 pour travailler comme infirmière avant de devenir attachée de presse pour Stephen Harper et par la suite directrice des communications stratégiques. Depuis sa nomination, elle a conservé son condo de l'avenue Carling pendant près de deux ans avant de le vendre pour 465 000$, le 2 mai 2011.

Comme la sénatrice a indiqué vivre principalement au Nouveau-Brunswick, soit à plus de 100 km de la capitale nationale, Mme Stewart Olsen - comme Mike Duffy qui avait déclaré sa résidence principale sur l'Île-du-Prince-Édouard - avait le statut de voyageuse à Ottawa et était autorisée à dépenser 86,35$ par jour pour la nourriture et 28$ par nuit pour le logement. Cette pratique était conforme avec les règles en vigueur pour la Chambre haute au début de sa nomination.

Au total, Mme Stewart Olsen aurait déclaré 63 594 $ de frais de voyage et de subsistance pendant ses 19 premiers mois au Sénat. Cependant on ne sait pas à combien s'élève le montant de ses seuls frais de subsistance avant septembre 2010, car le détail n'a pas été rendu public.

En ce qui concerne les notes de frais analysées par le Huffington Post Canada allant de septembre 2010 à mai 2011, ils suggèrent que la sénatrice a réclamé des indemnités pour des jours où elle ne siégeait pas au Sénat, n'avait pas de réunion de caucus ou de comités et aucune activité liée au Sénat à Ottawa.

Cette pratique était autrefois acceptable, mais depuis ce printemps, le Sénat a indiqué à ses membres que des indemnités journalières ne peuvent être réclamées que pour les journées où leur présence dans la capitale nationale est justifiée.

La Sénatrice a avoué qu'elle n'aurait pas dû demander ces indemnités journalières les jours où elle ne siégeait pas.

«Je vais rembourser immédiatement, si mon équipe - si nous avons fait une erreur en demandant des indemnités journalières», a-t-elle expliqué au Huffington Post.

Mise à jour:

Un comité sénatorial révisera les dépenses de la sénatrice Carolyn Stewart Olsen. Ironiquement, il s'agit du même comité sur lequel Mme Stewart Olsen siégeait pour enquêter sur les dépenses des sénateurs Pamela Wallin et Mike Duffy. Carolyn Stewart Olsen ne participera à la révision de son propre compte de dépenses.

Pour lire l'article de notre collègue Althia Raj, en anglais, cliquez ici.

Les controverses du Sénat

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.