NOUVELLES

Programme d'amnistie: SNC-Lavalin affirme que 32 employés ont admis des infractions

30/09/2013 04:13 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST
CP

MONTRÉAL - SNC-Lavalin (TSX:SNC) affirme que 32 employés ont admis des infractions en matière d’éthique dans le cadre du programme d'amnistie de trois mois de l'entreprise qui s'est terminé le 31 août.

L'entreprise montréalaise d'ingénierie et de construction a soutenu qu’aucun fait nouveau important n’avait été mis au jour, mais que le programme avait confirmé son évaluation antérieure des risques de corruption.

SNC a lancé le programme d'amnistie à la suite d'enquêtes au sein du groupe et par les forces policières sur les allégations de fraude et de pratiques de corruption au Canada et à l'étranger par certains anciens employés.

Le chef de la direction, Robert Card, a fait valoir que l'entreprise avait oeuvré à implanter un nouveau programme de conformité et d'éthique dans tous les segments de l'entreprise.

Parmi les initiatives mises de l'avant cette année figurent la publication d'un manuel anticorruption, une nouvelle politique régissant les engagements avec les partenaires d’affaires, la nomination de responsables de la conformité, une formation directe en matière de conformité donnée à chaque membre du personnel et la mise en place d'une vigie indépendante qui rend compte à la Banque mondiale.

La Banque mondiale a interdit pour dix ans les soumissions d'une filiale de SNC et de groupes affiliés sur ses projets en raison des allégations de mauvaises pratiques sur un projet de pont au Bangladesh.

SNC-Lavalin est sous haute surveillance depuis qu'elle a dévoilé l'an dernier l'existence de 56 millions $ en paiements controversés à des intermédiaires étrangers, une situation qui a débouché sur des accusations de fraude contre plusieurs anciens dirigeants, dont l'ex-chef de la direction Pierre Duhaime.