NOUVELLES

Le Venezuela expulse trois diplomates américains en les accusant de conspiration

30/09/2013 08:36 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

CARACAS, Venezuela - Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé lundi l'expulsion du principal diplomate américain dans le pays sud-américain, ainsi que de deux autres employés de l'ambassade, pour avoir supposément conspiré avec «l'extrême droite» afin de saboter l'économie et le réseau de distribution d'énergie.

M. Maduro a fait cette annonce lors d'un discours télévisé en direct. Il a précisé que les trois diplomates américains avaient 48 heures pour quitter le pays.

Il a ponctué sa déclaration d'un «Yankees Go Home!» en anglais.

Selon le président, un groupe de responsables de l'ambassade suivis depuis des mois par le gouvernement vénézuélien était «décidé à rencontrer l'extrême droite vénézuélienne, à la financer et à nourrir ses actions pour saboter le système électrique et l'économie vénézuélienne».

M. Maduro a assuré qu'il possédait des preuves, bien qu'il n'ait pas donné de détails sur les présumées transgressions des diplomates, si ce n'est que ceux-ci auraient rencontré des leaders de l'opposition et des syndicats dans l'État de Bolivar (sud-ouest), qui abrite plusieurs fonderies étatisées en difficulté et la principale centrale hydroélectrique du pays.

L'expulsion de la chargée d'affaires Kelly Keiderling, qui est la principale responsable américaine au Venezuela en l'absence d'un ambassadeur, et des deux autres diplomates, survient alors que l'économie vénézuélienne semble éprouver de plus en plus de problèmes à l'approche des élections municipales du 8 décembre.

L'inflation annuelle dépasse les 45 pour cent et le gouvernement épuise ses réserves de devises étrangères.

L'ambassade américaine n'avait pas encore été informée des expulsions lorsque le président les a annoncées, a indiqué Gregory Adams, le chef de mission adjoint intérimaire.

Le Venezuela et les États-Unis n'ont plus d'ambassadeurs depuis 2010.

Mme Keiderling est arrivée à l'ambassade du Venezuela en juillet 2011 après avoir travaillé dans diverses ambassades, y compris en Moldavie, au Bostwana, en République dominicaine et à Cuba.

Le Venezuela est confronté à d'importantes pannes de courant depuis 2010.

Tout comme son défunt prédécesseur Hugo Chavez, Nicolas Maduro s'est fait une habitude d'accuser les États-Unis et ses opposants politiques pour les problèmes du pays, sans toutefois présenter de preuves.

PLUS:pc