NOUVELLES

Kenya: 39 personnes sont toujours portées disparues après l'attaque de Nairobi

30/09/2013 10:08 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - Trente-neuf personnes sont toujours portées disparues, près d'une semaine après la fin de l'attaque terroriste contre le centre commercial Westgate Mall de Nairobi, au Kenya.

Le bilan de l'attentat s'élève actuellement à 67 morts.

Le gouvernement kényan affirme que personne ne manque plus à l'appel depuis la fin de la crise. La Croix-Rouge évoque plutôt 39 disparus, ce qui signifie que le bilan risque de s'alourdir.

«Ces chiffres reflètent les cas qui nous ont été rapportés, a déclaré un porte-parole de la Croix-Rouge, Abbas Guillet. La seule façon d'en être certain est d'attendre que le gouvernement déclare que le Westgate Mall ne contient plus de corps — à ce moment nous pourrons nous entendre.»

Au moins 61 civils et six membres des forces de l'ordre ont été tués. Toutefois, les informations fournies par le gouvernement concernant le nombre de terroristes abattus sont confuses et à l'occasion contradictoires.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a indiqué la semaine dernière que cinq attaquants ont été tués et qu'au moins un autre est coincé dans les décombres.

En revanche, le ministre de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku, a fait savoir dimanche soir que deux terroristes ont été abattus et qu'au moins trois autres ont été ensevelis quand le centre commercial s'est partiellement effondré. Il a plus tard indiqué que les corps de cinq terroristes se trouveraient dans les décombres.

M. Lenku a ajouté que le gouvernement n'est au courant d'aucun disparu et que les autorités croient qu'aucun otage ne se trouvait encore dans le centre quand il s'est écroulé.

Par ailleurs, certains des commerçants du Westgate Mall ont constaté que leurs établissements ont été pillés pendant le siège. Des caisses-enregistreuses ont été éventrées, des ordinateurs et des bijoux volés et des bouteilles d'alcool emportées. Certains soupçonnent les soldats appelés sur les lieux pour combattre les terroristes ou encore les gardiens de sécurité embauchés pour surveiller les lieux.

Un commerçant a raconté que même les bourses et les sacs abandonnés dans la cohue des premiers instants de l'attentat ont été vidés. Plusieurs se demandent comment ils peuvent espérer obtenir justice en déclarant des vols à ceux soupçonnés de les avoir commis.

PLUS:pc