NOUVELLES

C.-B.: une entreprise forestière accusée de quasi-esclavage envers des employés

30/09/2013 06:25 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

VANCOUVER - L'avocate d'un groupe de planteurs d'arbres africains découverts il y a trois ans alors qu'ils vivaient dans des conditions déplorables dans un camp de Golden, en Colombie-Britannique, affirme que ces travailleurs ont enduré des conditions qui s'apparentent à de l'esclavage.

Me Sarah Khan a déclaré devant un tribunal britanno-colombien des droits de la personne que ce camp, exploité par Khaira Enterprises, était divisé en fonction de l'appartenance raciale. Les travailleurs noirs étaient abreuvés d'injures, subissaient de la violence et des moqueries et devaient travailler sur un terrain plus difficile que les autres travailleurs.

Selon l'avocate, les travailleurs noirs recevaient de la nourriture pas assez cuite ou moisie. Ils devaient dormir sur des matelas souillés dans des conteneurs sans ventilation et disposant de douches inadéquates.

Me Khan a déclaré au tribunal que ces employés avaient reçu un salaire minime ou n'avaient pas été payés à certaines occasions. Selon l'avocate, plusieurs d'entre eux se sont ainsi retrouvés à la rue après que le camp eut été fermé par le ministère britanno-colombien des Forêts.

L'agence britanno-colombienne des normes du travail a ordonné à Khaira de verser 260 000 $ en salaires en 2011, mais Me Khan soutient que la somme n'a pas été entièrement versée aux employés.

Khalid Bajwa et Hardilpreet Sidhu, les propriétaires de Khaira, ont déclaré au tribunal qu'ils avaient offert des conditions de travail et de logement adéquates, qu'ils n'avaient reçu aucune plainte auparavant et qu'il était fréquent, dans l'industrie de la plantation d'arbres, de subir des conditions de travail difficiles.

PLUS:pc