NOUVELLES

Blessée dans l'attaque au Kenya, une ado canadienne soignée à Toronto

30/09/2013 03:12 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST

Une adolescente de 17 ans, née à Toronto et blessée la semaine dernière dans l'attaque d'un centre commercial au Kenya, est actuellement soignée dans un hôpital de Toronto.

La jeune femme de 17 ans est entourée de plusieurs membres de sa famille et d'amis.

L'hôpital refuse toutefois de confirmer quels sont les soins qui lui sont prodigués. L'établissement devrait fournir plus de détails sur son état de santé au cours de la journée.

L'adolescente a été blessée en même temps que sa sœur de 16 ans, quand des militants du groupe islamiste Al-Shabab ont attaqué le centre commercial Westgate, à Nairobi.

En soirée, dimanche, il a été impossible de savoir si la sœur de l'adolescente est aussi soignée dans le même hôpital.

L'enquête se poursuit au Kenya

Pendant ce temps, les autorités kényanes ont arrêté, dimanche, une autre personne, en lien avec l'attaque meurtrière. Elles ont toutefois refusé de préciser son rôle dans l'affaire.

Au total, 12 personnes ont été appréhendées depuis l'attentat, trois ont déjà été relâchées, selon le ministre kényan de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku. En conférence de presse, il n'a pas précisé si certains de ces prévenus se trouvaient à l'intérieur du centre commercial.

Le ministre est persuadé qu'aucun des assaillants n'a pu s'échapper du centre commercial, malgré le chaos qui a régné sur place durant l'opération.

« Nos forces avaient cerné toutes les issues », a-t-il affirmé. « C'était complètement sécurisé. »

Selon le ministre, 156 témoins auraient été entendus par les enquêteurs jusqu'à maintenant.

Les policiers auraient identifié une voiture utilisée par les attaquants. Ils auraient aussi trouvé « un assortiment d'armes illégales ».

Malgré tout, les détails sur l'attaque sont très rares, ce qui irrite un nombre grandissant de Kényans. Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs demandé à la population d'être patiente.

Les islamistes d'Al-Shabab, originaires de la Somalie voisine et liés à Al-Qaïda, ont revendiqué l'attaque. Ils en ont promis d'autres si les troupes kényanes ne se retirent pas de la Somalie.

Le bilan de l'attentat est de 67 morts, selon les autorités. La Croix-Rouge kényane rapporte aussi 59 disparus, mais le gouvernement affirme que personne ne manque à l'appel.

PLUS:rc