DIVERTISSEMENT

«Another day, another time»: Hommage au passé et au présent du folk américain

30/09/2013 10:09 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST
Evan Agostini

NEW YORK - John Goodman, Carey Mulligan, Marcus Mumford et Jack White comptaient parmi les grands noms du cinéma et de la musique qui participaient au spectacle Another day, another time. Cette célébration de la musique du prochain film des frères Coen avait lieu dimanche soir à New York.

L'ambiance était décontractée au Town Hall. Étonnant, vu la frénésie sur la Croisette au moment de la première d'Inside Llewyn Davis en mai dernier à Cannes (le film a d'ailleurs remporté le Grand Prix).

Joel, l'aîné des frères Coen (Fargo, True grit, etc), et Frances McDormand (Fargo) traversaient la 43e Rue Ouest sans se faire assaillir ni par des admirateurs ni par des paparazzis.

Ainsi, Jesse Eisenberg (The social network) parlait avec un ami devant le théâtre, sans qu'il y ait de garde du corps en vue. Pourtant, il en était entouré sur le tapis rouge à la 70e Mostra de Venise, il y a peine un mois.

La soirée s'annonçait comme une fête en famille, sans flafla. C'est exactement ce qu'il fallait pour ce spectacle-bénéfice au profit de la National Recording Preservation Foundation, qui a pour mission de préserver l'héritage musical des États-Unis.

En attendant Inside Llewyn Davis

Il faut savoir que le prochain film des frères Coen est inspiré d'une époque méconnue de la musique folk aux États-Unis. Celle qui a précédé l'arrivée de Bob Dylan et qui comprend de nombreux artistes qui sont tombés dans l'oubli, dont Dave Van Ronk, qui est à l'origine du personnage de Llewyn Davis.

Parmi les artistes invités sur scène figurait l'acteur Oscar Isaac, qui tient le rôle-titre dans le film. Il a interprété les chansons de la trame sonore (qui sortira le 12 novembre). D'autres acteurs lui ont emboîté le pas : Carey Mulligan interprétant 500 miles en trio et Stark Sands, qui a chanté The last thing on my mind, de Tom Paxton (qui figure également dans le film).

John Goodman joue un vieux jazzman frustré dans le film. Sur scène, coiffé d'un chapeau de cowboy, il agissait à titre de maître de cérémonie avec de savoureuses présentations.

C'est l'acteur Garret Hedlund qui a le mieux résumé cette soirée : « C'est un spectacle pour rendre hommage à la musique folk et à ceux qui la réinventent, à ceux qui prennent quelque chose de vieux et en font du neuf. »

La grande famille du folk

Ce n'était pas qu'un spectacle de promotion pour la trame sonore du film à proprement parler, mais également une soirée qui rassemblait plusieurs générations d'artistes de la musique folk : Patti Smith (People have the power), Joan Baez, Jack White (I can tell that we are going to be friends) et Elvis Costello, en remplacement de Justin Timberlake qui est aussi en vedette dans le film.

Il y avait aussi l'excellent Marcus Mumford (de Mumford & Sons), le conjoint de Carey Mulligan et directeur musical de la trame sonore. Il a interprété, avec Oscar Isaac, l'excellente Dink's song, qui devrait connaître un succès populaire cet hiver.

C'était également une belle vitrine pour des artistes de la relève aussi, notamment The Punch Brothers, the Avett Brothers, Milk Carton Kids. Willie Watson, Rhiannon Giddens et Lake Street Dive. Ils ont tous reçu un accueil phénoménal au spectacle-bénéfice.

Un film à voir

Inside Llewyn Davis se distingue des autres films des frères Coen. Depuis la première à Cannes, les critiques soutiennent que ce n'est pas leur meilleur film, mais que, à tout le moins, celui-ci constitue une démarche audacieuse parce qu'il rompt avec leur signature habituelle.

On y retrouve leur humour et plus de musique que dans O' brother where art thou. Les chansons sont interprétées en entier, plutôt que par segments, et la signature visuelle tend vers le documentaire pour évoquer l'authenticité recherchée par les artistes du film. C'est une oeuvre qui connaîtra sans doute du succès au guichet.

Inside Llewyn Davis prend l'affiche en décembre. La trame sonore sortira le 12 novembre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Inside Llewyn Davis