NOUVELLES

Une vague d'attaques en Irak fait au moins 46 morts, dont des Kurdes

29/09/2013 10:34 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST

BAGDAD - Des attentats-suicides ont dévasté une mosquée chiite au sud de Bagdad et la zone relativement calme du Kurdistan irakien au nord, dimanche, alors qu'une vague d'attaques a fait 46 morts à travers le pays, ont annoncé des responsables.

Une hausse de la violence confessionnelle, au cours des derniers mois, a alimenté les craintes voulant que l'Irak devienne un nouveau champ de bataille, près de deux ans après le départ des forces américaines. Une période de calme après le retrait avait alimenté l'espoir d'une certaine normalité en Irak, mais les tensions ont été exacerbées dans la foulée de la colère sunnite à propos de présumés mauvais traitements de la part du gouvernement chiite. Plus de 4500 personnes ont été tuées depuis avril.

L'assaut le plus meurtrier de la journée est survenu lorsqu'un assaillant s'est fait sauter à l'intérieur d'une mosquée chiite où se tenaient des funérailles, dans une ancienne forteresse des insurgés au sud de la capitale, poussant les administrateurs municipaux à blâmer les forces de sécurité nationale pour leur incapacité à protéger la population.

Au moins 25 personnes ont été tuées, et 40 autres blessées lors de cet attentat, selon le responsable de la sécurité de la ville. Celui-ci a annoncé un deuil de trois jours.

Selon le maire de l'endroit, Qassim Raheem, le terroriste était lié à al-Qaïda en Irak, et avait tiré parti de la grande foule rassemblée pour les funérailles de victimes d'une autre attaque.

Dans le nord du pays, deux kamizakes ont fait exploser leurs voitures piégées, tuant au moins six soldats kurdes et en blessant 30 autres lors d'une rare attaque à Irbil, la capitale du Kurdistan irakien demeuré relativement calme.

La première explosion visait un point de contrôle menant à des installations abritant le ministère de l'Intérieur et d'autres agences de sécurité, au centre-ville. Alors que les intervenants d'urgence et des curieux affluaient sur place, un autre kamikaze conduisant a attaqué à bord d'une ambulance, a déclaré le gouverneur Nawzad Hadi, alors qu'il annonçait le bilan des victimes.

Quelques minutes plus tard, des hommes armés ont échangé des tirs avec les forces de sécurité, et au moins trois assaillants ont été tués, a-t-il dit.

L'attaque porte la marque d'al-Qaïda en Irak, dont les membres mènent le plus souvent des attaques complexes et des attentats-suicides, mais le groupe extrémiste n'est pas connu pour avoir une grande présence au Kurdistan irakien. L'attaque de dimanche est uniquement la troisième de cette importance à survenir depuis l'invasion américaine de 2003.

Les forces de sécurité ont bloqué la zone, rendant difficile toute tentative d'évaluer les dégâts infligés au ministère de l'Intérieur et aux bâtiments voisins, mais une station de télévision kurde locale a montré de la fumée noire s'élevant de l'un des bâtiments alors que des camions de pompier et des ambulances se précipitaient sur les lieux.

Ailleurs au pays, une autre voiture piégée a explosé dans un marché à légumes dans la banlieue d'Hussainya, dans le nord-est de Bagdad, tuant cinq civils et en blessant 14 autres, a mentionné un policier.

D'autres attaques, y compris des attentats à la bombe et des fusillades, ont fait au moins sept morts supplémentaires.

PLUS:pc