NOUVELLES

Une cour russe ordonne l'emprisonnement de six autres militants de Greenpeace

29/09/2013 12:42 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST
AFP

MOSCOU - Une cour russe de Mourmansk a ordonné la détention de six autres militants de Greenpeace pendant deux mois, dimanche, après qu'ils eurent récemment manifesté près d'une plateforme de forage appartenant au géant russe de l'énergie, la société d'État Gazprom.

Rien n'indique que les deux derniers militants du groupe écologiste, qui n'ont pas encore comparu, seront traités de façon différente.

Vingt autres militants, dont deux Canadiens, et deux journalistes ont fait l'objet d'une décision similaire au cours d'une longue séance, jeudi, qui s'est terminée tard dans la nuit.

Pourtant, aucune accusation n'a encore été portée contre ces militants, des citoyens de 18 pays différents, dont la Russie.

Les procureurs russes envisagent de porter des accusations de piraterie contre eux. Les militants demeureront détenus pendant la durée de l'enquête.

La garde-côte russe ont interrompu, le 18 septembre, la tentative de deux militants de monter sur une plateforme de forage appartenant à la société d'État Gazprom afin de protester contre ce type d'activité dans l'océan Arctique.

Le lendemain, elle a arraisonné le navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, et l'a remorqué jusqu'à Mourmansk.

Ivan Blokov, de Greenpeace Russie, a décrit la saisie comme le geste «le plus agressif et le plus hostile» contre l'organisation écologiste depuis que des agents français ont fait exploser une bombe à bord du Rainbow Warrior en 1985, tuant un homme.

Paul Douglas, de Port Colbourne, en Ontario, fait partie de l'équipage de l'Arctic Sunrise. L'autre Canadien est Alexandre Paul, un Montréalais de 35 ans.

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés