NOUVELLES

Stevenson compte capitaliser sur sa victoire de samedi, est prêt pour Bellew

29/09/2013 12:41 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Au lendemain de son éclatante victoire par K.-O. technique au septième round contre Tavoris Cloud, Adonis Stevenson a indiqué qu'il se remettra rapidement à la tâche en prévision d'un combat contre l’aspirant obligatoire Tony Bellew le 30 novembre, qui pourrait paver la voie à de lucratifs combats contre des adversaires très prestigieux.

Yvon Michel, président de GYM, a indiqué qu'une annonce pour un combat contre Bellew (20-1, 12 K.-O.) pourrait être faite avant que 'Superman' ne quitte pour «une semaine à une semaine et demie de vacances» bien méritées, à compter de mardi. Stevenson se soumettra à une batterie de tests médicaux afin de s'assurer qu'il ne souffre d'aucune blessure lundi, et Michel a précisé qu'il saura ensuite s'il retiendra la date du 30 novembre.

«Je suis prêt pour le mois de novembre, j'ai boxé et tout a bien été, a déclaré Stevenson. C'est juste une question de logistique. Pour le 30 novembre, il n'y aura pas de problème.»

«Du côté de Bellew ce ne sera pas compliqué parce que l'entente est déjà faite, a ajouté Michel. Donc de ce côté-là ça va bien. Maintenant, il faut voir au niveau de la logistique — la télé, le site, l'organisation, etc. Adonis part en vacances mardi et on veut que ce soit réglé avant qu'il parte.»

S'il bat l'Anglais, Stevenson (22-1, 19 K.-O.) pourra ensuite bénéficier d'une période de 12 mois sans devoir disputer de combat obligatoire, une condition particulière à la WBC. Un aspect intéressant pour Michel puisqu'il aura alors toute la latitude nécessaire pour organiser des combats d'envergure — les noms de Carl Froch et Andre Ward sont d'ailleurs venus sur le tapis dimanche matin.

«Un coup qu'il se sera battu contre Bellew, on peut demander la permission de ne pas mettre la ceinture à l'enjeu pour aller se battre à 168 livres, a indiqué Michel. Ce n'est pas un problème. Il ne s'handicapera pas. S'il a l'opportunité de se battre contre Carl Froch, ou Andre Ward, et que ça vaut vraiment la peine, ça serait très payant pour Adonis et pour tout le monde impliqué. Ce n'est pas impossible non plus qu'eux montent chez les mi-lourds.»

Il a cependant indiqué qu'il ne pourra présenter le gala du 30 novembre au Centre Bell pour des motifs logistiques, et qu'en conséquence il opterait plutôt pour le Colisée de Québec. Michel a d'ailleurs reconnu en conférence de presse qu'il était présentement en négociations avec Jacques Tanguay, et qu'il avait bon espoir d'en venir à une entente rapidement. En ce sens, Bellew a déclaré après le combat de samedi soir qu'il voulait «battre (Stevenson) devant ses partisans, devant ses parents et devant ses amis, chez lui, sur son terrain.» Stevenson lui a répondu moins de 24 heures après son combat contre Cloud.

«La ceinture va rester à Montréal, et il (Bellew) le sait très bien, a confié Stevenson. Tavoris a aussi dit qu'il allait rentrer avec la ceinture, et on a vu comment il est reparti. Avec rien. Ce sera la même affaire dans ce cas-ci. Ça va se régler dans le ring.»

Michel devra maintenant convaincre le réseau HBO de diffuser le gala à Québec, ce qui n'est pas assuré puisque les coûts seraient plus importants qu'à Montréal. La chaîne américaine souhaite également conclure un contrat pour la présentation des prochains combats de Stevenson, s'il accepte d'affronter Sergey Kovalev (22-0-1, 20 K.-O.) — un aspect qui n'enchante pas nécessairement le groupe GYM. L'impresario du champion du monde WBC des mi-lourds a d'ailleurs martelé qu'il souhaite affronter le plus rapidement possible Bernard Hopkins, qui est associé au réseau Showtime, après son duel contre Bellew.

«Adonis a été clair, et on a été clairs avec HBO, a-t-il assuré. Le problème, c'est qu'on veut Hopkins parce qu'on est convaincus que c'est un combat qui intéresse les gens. Ce sera un combat qui va faire l'histoire. Un combat qui va unifier les titres, et si on ne s'occupe pas de Hopkins maintenant, on ne le fera jamais. On essaie donc de convaincre HBO que c'est dans leur intérêt d'amener ça chez eux. (...) Dans l'idéal, c'est Bellew, Hopkins et Carl Froch.»

Un combat-revanche contre Chad Dawson est également dans les cartons, mais l'Américain devra se refaire une crédibilité avant de pouvoir apparaître sur l'écran radar de GYM.

«On devait une option à Gary Shaw (le promoteur de Dawson), mais cette option-là s'est terminée hier soir, a rappelé Michel. On doit, par contre, un combat-revanche à Dawson et il va éventuellement falloir gérer ça. Son promoteur nous a dit que Dawson voulait ce combat, mais dans les faits actuellement ce n'est pas faisable parce que ce n'est pas vendable. C'est donc certain que le prochain combat d'Adonis ne sera pas contre Dawson.»

D'autre part, Stevenson est revenu sur son combat de championnat de samedi soir, et il a indiqué qu'il était très fier de sa performance — plus que de sa victoire expéditive de juin contre Dawson.

«J'ai bien aimé ma performance. J'ai bien géré le combat, a confié Stevenson. Mon but, ce n'était pas d'arriver et de lui 'varger' dessus. Je savais qu'il était préparé, et plus le combat avançait, plus je voyais que ma puissance l'affaiblissait. Et comme j'avais dit, chaque fois qu'il commettait une erreur, je lui faisais payer le prix. Il a vu qu'il n'avait pas beaucoup d'espoir, et il était coupé partout, alors avec cinq rounds à compléter (son équipe) a compris qu'elle devait arrêter le combat. Tavoris Cloud reste néanmoins tout un boxeur.»

PLUS:pc