POLITIQUE

Nouveaux services par les pharmaciens: les négociations continuent

27/09/2013 11:12 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST
Getty
A man handing a prescription to a pharmacists

MONTRÉAL - Un mois plus tard, les négociations ont toujours cours entre le ministère de la Santé et les pharmaciens concernant de nouveaux services que ces derniers doivent pouvoir dispenser.

Et des séances de négociations sont prévues au cours des prochains jours, a-t-on confirmé.

Au départ, ces nouveaux services devaient entrer en vigueur le 3 septembre. Mais, à l'approche de l'échéance, il était apparu évident que les parties ne pouvaient s'entendre sur certains tests effectués par les pharmaciens. L'entrée en vigueur des nouveaux services avait donc été reportée à une date ultérieure, qui n'a pas encore été précisée, a-t-on indiqué vendredi à l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires.

Entre-temps, le ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que l'Association des pharmaciens propriétaires continuent de négocier, a-t-on indiqué vendredi.

De nouveaux services doivent pouvoir être dispensés par les pharmaciens afin de désengorger les services de première ligne. Il s'agit notamment de l'évaluation du besoin d'un médicament pour le traitement de certaines conditions mineures, de l'évaluation du besoin d'un médicament dans les cas où aucun diagnostic n'est requis et de la prise en charge de l'ajustement d'un médicament pour atteindre une cible thérapeutique.

De son côté, le ministère de la Santé et des Services sociaux rappelle que les négociations portent plus largement sur les sept services prévus dans le projet de loi au départ, bien qu'on ait surtout entendu parler de ces trois derniers services récemment. La loi adoptée en décembre 2011 prévoyait aussi d'autres services, comme la prolongation d'une ordonnance d'un médecin pour une période déterminée.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois