NOUVELLES

L'explosion d'une voiture piégée fait 30 morts en Syrie

27/09/2013 09:57 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

BEYROUTH - L'explosion d'une voiture piégée aurait fait au moins 30 morts en Syrie, selon ce que rapportent vendredi des militants de l'opposition.

L'explosion est survenue près de la mosquée al-Sahel de la ville de Rankous, au nord de Damas. Des dizaines de personnes auraient aussi été blessées, selon l'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres.

Cette ville n'est contrôlée ni par le gouvernement, ni par l'insurrection. Les résidants auraient conclu une entente avec les rebelles empêchant la présence d'armes dans la ville, pour prévenir les bombardements gouvernementaux.

Par ailleurs, les enquêteurs chargés du recensement de l'arsenal chimique syrien et de la supervision de sa destruction devraient être à l'oeuvre en Syrie d'ici à mardi.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies se sont entendus jeudi sur une résolution appelant à la destruction des armes chimiques syriennes. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques doit, de son côté, se rencontrer vendredi à La Haye pour adopter un plan d'action.

La résolution impose à la Syrie de renoncer à ses armes chimiques et de ne pas interférer avec le travail des experts.

Les enquêteurs onusiens qui se trouvent déjà en Syrie doivent quant à eux visiter sept sites où des armes chimiques auraient été utilisées, notamment une banlieue de Damas où des centaines de personnes ont été tuées le mois dernier.

Enfin, des experts en crimes de guerre réclament la création d'un tribunal spécial pour juger les dirigeants et militaires syriens une fois le conflit terminé.

Le professeur Michael Scharf, de l'université Case Western, a révélé à l'Associated Press qu'un tel tribunal est discuté discrètement depuis deux ans par des membres d'autres tribunaux nationaux et internationaux, ainsi que par des juristes, des politiciens et des responsables syriens.

M. Scharf a dit espérer que l'éventualité d'être traîné devant la justice internationale puisse empêcher de nouvelles attaques comme la frappe chimique du 21 août.

PLUS:pc