NOUVELLES

Les Blackhawks possèdent les atouts pour répéter leur conquête de 2013

27/09/2013 10:55 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - La dernière fois que les Blackhawks de Chicago avaient remporté la Coupe Stanley, en 2010, ils avaient été contraints de se départir de rouages importants avant la saison suivante. Ça n'a pas été le cas après leur triomphe cette année, et les Blackhawks vont amorcer la saison à titre de sérieux aspirants pour remporter de nouveau les grands honneurs.

Les Red Wings de Detroit sont les derniers à avoir savouré deux conquêtes d'affilée dans la LNH. C'était il y a une quinzaine d'années, en 1997 et en 1998.

Les Blackhawks ont tout ce qu'il faut pour réussir l'exploit, avec les Jonathan Toews, Patrick Kane, Marian Hossa, Patrick Shark, Duncan Keith, Brent Seabrook et le gardien montréalais Corey Crawford dans leurs rangs.

Dans l'Association Ouest, en tout cas, ils représenteront l'équipe à battre. Dans la nouvelle section Centrale, ils devraient faire cavalier seul ou presque. L'opposition viendra principalement du Wild du Minnesota, peut-être des Blues de St. Louis et, qui sait, de l'Avalanche du Colorado.

Débuts attendus de Roy

Le retour de Patrick Roy au Colorado, comme entraîneur et vice-président des opérations hockey de l'Avalanche, suscitera la curiosité à travers la ligue.

L'intransigeant personnage s'est donné pour mission d'inculquer à son jeune groupe les valeurs de «gagnant» qui lui ont permis d'être un des plus grands gardiens, sinon le plus grand, de l'histoire de la LNH.

La pente est abrupte, l'Avalanche ayant terminé au dernier rang de l'association la saison dernière. Mais s'il y a quelqu'un qui peut vite renverser la vapeur, c'est Roy.

L'Avalanche foisonne d'attaquants prometteurs, et la première décision importante de Roy de préférer Nathan MacKinnon au défenseur Seth Jones au repêchage de juin dernier sera examinée à la loupe.

Le Wild a des choses à se faire pardonner, après avoir atteint les séries in extremis le printemps dernier. On voyait beaucoup plus grand pour l'équipe qui avait réalisé le coup d'éclat de l'été 2012, en accordant de faramineux contrats à l'attaquant Zach Parise et au défenseur Ryan Suter. On souhaite que le vétéran Jason Pominville, acquis dans un échange en avril dernier, soit le chaînon manquant.

Les Blues sont jeunes et ils sont bien dirigés par Ken Hitchcock. Ils ont échangé le Québécois David Perron aux Oilers d'Edmonton, en retour de Magnus Paajarvi, en plus d'engager dernièrement le vétéran Brenden Morrow. L'ancien gardien du Canadien, Jaroslav Halak, reviendra-t-il dans les bonnes grâces de Hitchcock?

Après avoir raté les séries le printemps dernier, les Predators de Nashville misent sur la stabilité afin de renouer avec le succès.

Les Stars de Dallas sont en mode reconstruction. Le nouveau directeur général Jim Nill a confié la tâche de relancer l'équipe au vétéran entraîneur Lindy Ruff.

Les infortunés Jets de Winnipeg n'auront guère plus de succès qu'ils en ont eu à leur deux premières saisons dans l'Est, depuis leur renaissance.

L'énigme, les Canucks

La section Pacifique devrait être plus compétitive, avec les Kings de Los Angeles, les Sharks de San Jose, les Canucks de Vancouver et les Ducks d'Anaheim.

À Vancouver, on ne doute pas que l'arrivée au poste d'entraîneur de l'impétueux John Tortorella va brasser la cabane. Mais une grande question subsiste: le revirement de situation inattendu de l'organisation dans le controversé dossier du gardien Roberto Luongo aura-t-il une influence positive sur le rendement de l'équipe? La pression sera forte sur Luongo, ainsi que sur les jumeaux Sedin.

Les Coyotes de Phoenix, contre toute attente, sont plus vivants que jamais dans le désert de l'Arizona, avec l'entrée en scène (finalement) de propriétaires. Sur la glace, les Coyotes ont procédé à un engagement important, celui du joueur de centre Mike Ribeiro à qui on a consenti un contrat de 22 millions $ US pour quatre ans.

Les Oilers d'Edmonton, bourrés de jeunes talentueux, parviendront-ils finalement à quitter l'anonymat? Le nouvel entraîneur Dallas Eakins a en main une partie de la réponse.

Les Flames de Calgary de l'entraîneur Bob Hartley ont connu une saison écourtée de misère. L'échange du capitaine Jarome Iginla et le départ à la retraite du gardien Miikka Kiprusoff ne sont pas annonciateurs d'un redressement soudain.

PLUS:pc