NOUVELLES

L'arrivée des Red Wings dans l'Est va compliquer la tâche de plusieurs équipes

27/09/2013 10:51 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Statistiquement parlant, il sera plus difficile cette saison d'accéder aux séries éliminatoires dans l'Association Est, avec l'ajout d'une 16e équipe. Dans les faits, l'arrivée des Red Wings de Detroit n'est réellement pas une bonne nouvelle pour les 15 autres formations.

Après le conflit qui a perturbé les activités la saison dernière, la LNH est de retour pour une «vraie» saison. Plusieurs changements marqueront le début de la nouvelle ère.

La refonte des six sections en quatre crée un déséquilibre (16-14) au sein des deux associations.

Ainsi, les Red Wings et les Blue Jackets de Columbus sont passés à l'Est tandis que seuls les Jets de Winnipeg ont été envoyés dans l'Ouest.

Les Red Wings vont tenter d'étirer leur séquence de 22 participations d'affilée aux séries d'après-saison au sein de la nouvelle section Atlantique, qui regroupe trois équipes canadiennes — le Canadien, les Maple Leafs de Toronto et les Sénateurs d'Ottawa.

Pour les Red Wings, c'est un retour dans la même section que le Canadien pour la première fois depuis la saison 1980-81, à l'époque où ils faisaient partie de la section Adams dans la Conférence Prince-de-Galles.

Les Bruins de Boston, les Sabres de Buffalo ainsi que les deux équipes de la Floride, les Panthers et le Lightning de Tampa Bay, complètent la section Atlantique.

L'autre section, appelée Métropolitaine, rassemble les trois équipes de New York — les Rangers, les Islanders et les Devils — ainsi que les Penguins de Pittsburgh, les Capitals de Washington, les Flyers de Philadelphie, les Hurricanes de la Caroline et les Blue Jackets.

Les trois premières équipes au classement de chacune des sections, en plus des deux équipes suivantes au classement de l'association, se qualifient pour les séries.

Bruins et Penguins

Les Bruins, finalistes de la coupe Stanley, et les Penguins de Sidney Crosby devraient logiquement trôner de nouveau au sommet de leur section, n'ayant apporté que peu de changements.

Les Bruins ont échangé le jeune attaquant Tyler Seguin aux Stars de Dallas, obtenant entre autres en retour le vétéran Lou Eriksson. Ils ont de plus mis sous contrat Jarome Iginla, que les Penguins n'ont pas retenu à l'issue de la saison.

Derrière ces deux équipes bien rodées, les Red Wings, les Flyers, les Sénateurs et les Rangers ne devraient pas être loin.

Les Red Wings ont ajouté au formidable duo Pavel Datsyuk-Henrik Zetterberg le vétéran attaquant Daniel Alfredsson, qu'on voyait finir sa carrière chez les Sénateurs. Ils sont dirigés de plus par le meilleur entraîneur de la LNH en Mike Babcock.

Les Flyers souhaitent que l'arrivée de Vincent Lecavalier et la mise sous contrat du gardien Ray Emery fassent oublier le cuisant échec de la saison écourtée.

Avec le retour en santé du joueur de centre Jason Spezza et du défenseur Erik Karlsson, les jeunes Sénateurs souhaitent poursuivre sur leur lancée de la dernière saison. L'acquisition de Bobby Ryan des Ducks d'Anaheim devrait pallier à la perte d'Alfredsson.

L'effet Vigneault

Chez les Rangers, il sera intéressant de voir ce que Alain Vigneault fera derrière le banc en remplacement de John Tortorella, qui lui se retrouve curieusement à la barre des Canucks de Vancouver. Les Rangers seront privés en début de saison de deux très bons attaquants en Ryan Callahan, leur capitaine, et Carl Hagelin, blessés.

Le Canadien, les Capitals, les Maple Leafs et les Islanders lutteront assurément pour l'obtention d'une place en séries. On ne pourra pas en dire autant du Lightning, des Devils, des Blue Jackets, des Hurricanes, des Sabres et des Panthers.

Le Lightning continuera d'être une équipe explosive à l'attaque, malgré le départ de Lecavalier. Mais le succès de l'équipe doit nécessairement passer par un resserrement du jeu en défense. L'attaquant recrue québécois Jonathan Drouin, qu'on voit comme le successeur de Lecavalier, se mettra-t-il en évidence?

Les Devils, des habitués des séries, ne se remettront pas du départ de l'ailier étoile Ilya Kovalchuk, qui a renoncé aux 77 millions $ US restants à son contrat afin de retourner jouer dans sa Russie natale. L'acquisition du gardien Cory Schneider, qui s'amène en renfort de Martin Brodeur, et de l'ailier vieillissant Jaromir Jagr ne seront pas suffisants.

PLUS:pc