NOUVELLES

GIEC : l'alerte des scientifiques résonne aux oreilles des gouvernements

27/09/2013 09:16 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

L'alerte lancée vendredi par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) suscite les réactions de leaders mondiaux, tant européens que nord-américains. L'avertissement des scientifiques, selon lesquels les effets des émissions de gaz à effet de serre (GES) se feront sentir pendant des siècles, force en quelque sorte les gouvernements à se mobiliser, en paroles du moins, sur cette question planétaire.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, affirme que ce rapport constitue une sonnette d'alarme : « Ceux qui font fi de la science, ou qui se défilent au lieu d'agir, jouent avec le feu », a déclaré John Kerry. Le secrétaire d'État fait ainsi référence aux sceptiques qui remettent en question la nécessité d'agir rapidement.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, estime que par ce rapport, les scientifiques appellent les gouvernements à entériner l'accord limitant l'effet des gaz à effet de serre, accord dont la conclusion est espérée en 2015, aux Nations unies.

Ban Ki-moon souhaite que l'appel soit entendu notamment par les gouvernements, notamment ceux qui ont préféré tenter de revigorer la croissance économique plutôt que de combattre les changements climatiques.

Paris réclame la conclusion d'un pacte mondial sur le climat en 2015

La France salue « l'adoption unanime, à Stockholm, du premier volume du cinquième rapport du GIEC, qui confirme la réalité dramatique du changement climatique ».

Dans un communiqué commun, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, Philippe Martin, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, et Pascal Canfin, ministre délégué chargé du Développement, écrivent que « la première décennie du XXIe siècle (2001-2010) a été la plus chaude depuis 1850 ». Les ministres français rappellent d'autres  « phénomènes incontestables » :  l'augmentation de la température moyenne, l'élévation du niveau des océans et l'accélération de la fonte des glaciers.

La semaine prochaine, à Paris, se tiendra un forum sur le changement climatique. L'événement est censé donner le coup d'envoi, en France, de la mobilisation en vue de la conférence mondiale « Paris Climat 2015 ».

PLUS:rc