NOUVELLES

Écrasement à Saint-Ferdinand : le pilote d'hélicoptère a été désorienté

27/09/2013 11:00 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

L'écrasement d'hélicoptère survenu en août 2011 à Saint-Ferdinand dans lequel ont péri quatre membres d'une même famille de Lévis a probablement été causé par la désorientation du pilote.

Telle est la conclusion rendue vendredi par le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada, qui a mené une enquête concernant cet accident mortel.

Selon le BST, l'hélicoptère, qui avait décollé à Saint-Ferdinand plus d'une heure après le coucher du soleil, s'est sans doute écrasé en raison de la désorientation spatiale du pilote.

La tragédie est survenue peu de temps après le décollage, à environ 2 kilomètres de l'aérodrome de Saint-Ferdinand. L'hélicoptère, un appareil Robinson R44 Raven II, a été détruit au moment de l'impact, mais il n'y a pas eu d'incendie.

L'homme d'affaires de Lévis Yvon Beaudoin, 65 ans, sa conjointe Marie-Paule Fréchette, 67 ans, de même que leur fils Éric Beaudoin, 43 ans, ainsi que de la fille de ce dernier, Mélizandre, 8 ans, ont péri dans la tragédie.

Selon le BST, l'aérodrome de Saint-Ferdinand n'était pas doté d'un système d'éclairage. L'organisme fait savoir que le pilote, qui avait peu de points de repère visuels à l'extérieur de l'hélicoptère, aurait donc été susceptible de subir diverses illusions associées au vol de nuit.

Le BST rappelle que la désorientation spatiale est responsable de 5 à 10 % de tous les accidents dans l'aviation générale, dont 90 % sont mortels.

Dans son rapport, le BST se questionne à savoir si les exigences minimales de qualification de vol de nuit imposées aux pilotes d'hélicoptères privés sont suffisantes pour leur démontrer les risques auxquels ils s'exposent.

Le vol de nuit peut provoquer des illusions visuelles pouvant causer la désorientation spatiale.

PLUS:rc