NOUVELLES

Armes chimiques: l'Occident ne doit pas accuser Damas sans preuves

27/09/2013 01:57 EDT
AP
Russian Foreign Minister Sergey Lavrov speaks during a news conference after his meeting with French counterpart Laurent Fabius, unseen, in Moscow, Russia, on Tuesday, Sept. 17, 2013. Moscow is insisting that a new United Nations resolution on Syria not allow the use of force, but Russia's foreign minister appears to suggest the issue could be reconsidered if Syria violates an agreement on abandoning its chemical weapons. (AP Photo/Ivan Sekretarev)

L'Occident ne doit pas "accuser et condamner" le régime syrien sans preuve formelle dans le dossier des armes chimiques, a affirmé vendredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Dans un discours devant l'assemblée générale de l'ONU, il a réclamé que les enquêtes sur les armes chimiques en Syrie soient menées "de manière impartiale" et leurs résultats examinés par le Conseil de sécurité "en se basant uniquement sur les faits".

"L'utilisation d'armes chimiques en Syrie est inadmissible mais ça n'autorise personne à s'arroger le droit d'accuser et de condamner", a déclaré M. Lavrov. Il faisait référence implicitement aux accusations occidentales contre le régime syrien à propos du massacre commis le 21 août près de Damas. Moscou a de son côté accusé l'opposition syrienne d'avoir monté une provocation pour faire accuser Damas.

"Les enquêtes sur tous les incidents liés à l'utilisation d'armes chimiques par qui que ce soit en Syrie doivent être menées de manière professionnelle et impartiale et examinées ensuite par le Conseil de sécurité en se basant uniquement sur les faits, plutôt que sur des allégations et des suppositions", a déclaré M. Lavrov.

Juste après le rapport des experts de l'ONU sur le massacre du 21 août, la Russie avait mis en cause le professionnalisme des enquêteurs.

Les experts avaient conclu à l'utilisation d'armes chimiques mais sans pointer du doigt les responsables. Les Occidentaux, Etats-Unis en tête, avaient cependant interprété le rapport comme une confirmation de la culpabilité du régime syrien.

Le Conseil de sécurité devrait adopter vendredi soir une résolution sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, à la suite d'un accord entre Moscou et Washington. Les experts de l'ONU sont retournés en Syrie mercredi pour enquêter sur d'autres sites où des armes chimiques auraient été utilisées. Ils doivent rendre leur rapport complet fin octobre.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Camps de réfugiés en Syrie