NOUVELLES

Soudan: appel à poursuivre les manifestations jusqu'à la chute de Béchir

26/09/2013 01:58 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST
AP
Protesters burn tires and close the highway to northern cities amid a wave of unrest over the lifting of fuel subsidies by the Sudanese government, in Kadro, 15 miles (24.14 kilometers) north of downtown Khartoum, Wednesday, Sept. 25, 2013. Sudan's loss of its main oil-producing territory with the independence of South Sudan in 2011 was a punch to its fragile economy. (AP Photo/Abd Raouf)

KHARTOUM (AFP) - Un collectif de jeunes militants au Soudan, secoué depuis quatre jours par des manifestations anti-gouvernementales, a appelé jeudi soir à poursuivre le mouvement de contestation jusqu'à la chute du régime du président Omar al-Béchir.

Dans un communiqué parvenu à l'AFP, "L'alliance des jeunes de la révolution soudanaise", qui contribue à l'organisation de la contestation sur les réseaux sociaux, demande "au peuple soudanais de poursuivre sa révolution et ses manifestations".

Le communiqué réclame "la démission du chef de l'Etat et de ses adjoints, ainsi que du gouvernement corrompu et le démantèlement de ses services".

L'alliance appelle dans le même temps "les forces armées et les hommes honnêtes au sein des services de sécurité à prendre le parti de la colère populaire et à protéger le peuple soudanais".

Des milliers de personnes ont manifesté jeudi au Soudan pour appeler à la chute du régime, au quatrième jour d'un mouvement de contestation d'une ampleur inégalée qui a déjà fait une trentaine de morts.

Les manifestations, provoquées par la levée des subventions sur les carburants et qui ont parfois pris une tournure violente avec des biens publics et privés saccagés ou incendiés, sont les plus importantes contre le régime islamiste du général el-Béchir depuis son arrivée au pouvoir en 1989.

Le communiqué exige "une enquête rapide" sur la mort des manifestants, et appelle à "traduire en justice les meurtriers".

Il demande aux partis politiques et aux organisations de la société civile de "former un front national qui pourrait faire sortir le pays de la crise" et de "s'entendre sur un programme urgent de transition" dans le pays.

Les militants actifs sur les réseaux sociaux ont joué un rôle de premier plan dans les soulèvements dans d'autres pays arabes. En Egypte, un mouvement de jeunes, "Tamarrod", a été l'instigateur des manifestations du 30 juin qui ont abouti à la destitution du président islamiste Mohamed Morsi.

Darfur Now (Warning: Graphic Content)

INOLTRE SU HUFFPOST

Tribal Clashes Devastate South Sudan