NOUVELLES

Recul de 0,7% du PIB du Québec au deuxième trimestre de 2013

26/09/2013 10:22 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST
Getty
Quebec flag over more that sixty years old map pointing Quebec city. Shallow depth of field

D'avril à juin, le produit intérieur brut (PIB) du Québec a diminué de 0,7 %, comparativement à une hausse de 0,3 % au premier trimestre, notamment en raison du recul de l'investissement des entreprises. La progression des exportations a permis de compenser en partie le recul de la construction et celui des dépenses gouvernementales. 

Les dépenses des ménages québécois ont progressé au deuxième trimestre, à 0,4 %, surtout les achats de biens durables, dont les véhicules.

Le Québec a connu en juin un autre recul de son PIB par industrie, 1,4 %, soit sa quatrième baisse mensuelle consécutive, note l'Institut de la statistique du Québec. La grève dans l'industrie de la construction a pesé sur l'économie de la province, mais la diminution s'explique aussi par le recul de la fabrication des biens durables.

La « faiblesse de plusieurs autres secteurs rappelle que l'économie du Québec traverse un passage difficile », écrit l'économiste Hélène Bégin de Desjardins.

Les données de l'Institut de la statistique confirment que l'atteinte du déficit zéro par Québec risque d'être difficile. Dans une entrevue accordée à l'émission Les Coulisses du pouvoir la semaine dernière, le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau, affirme toujours cibler cet objectif, mais il reconnaît du même souffle qu'il lui faudra attendre la mise à jour économique prévue cet automne avant de pouvoir se prononcer définitivement.

Dans sa mise à jour de mars, le ministre Marceau tablait sur une croissance de 1,3 % pour cette année, en baisse de 0,2 point de pourcentage par rapport à ses prévisions de novembre dernier. Or, pour les six premiers mois de l'année, le PIB réel a progressé de 0,9 % au Québec.

« Les chiffres du deuxième trimestre affaibliront à coup sûr les résultats de l'année 2013, dont la croissance avoisinera les 1 % », prédit Mme Bégin de Desjardins.

INOLTRE SU HUFFPOST

25 raisons pour lesquelles on aime le Québec
Les 10 Québécois les plus riches