NOUVELLES

Procès des Rédemptoristes : la lettre de suicide d'une victime au coeur d'un débat

26/09/2013 02:22 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

La lettre de suicide d'une victime des pères rédemptoristes a soulevé un débat, jeudi matin, au procès en recours collectif contre la congrégation religieuse.

La soeur de la victime devait témoigner de propos que lui a livré son frère avant de mourir, mais son témoignage a été reporté à vendredi.

Les avocats des pères rédemptoristes se sont interposés en demandant aux avocats des victimes de leur donner plus de détails sur cet élément de preuve afin de déterminer ce qu'ils entendaient prouver avec cette lettre.

Après un long et houleux débat entre avocats, le juge Claude Bouchard a reporté la suite des procédures à vendredi après-midi.

La soeur de l'ancien élève du Séminaire Saint-Alphonse doit aussi témoigner à propos d'un courriel envoyé par son frère à l'Association des victimes de prêtres en octobre 2010.

« La victime d'abus dans ce cas-ci est un homme qui nous a écrit et qui a témoigné dans son courriel des abus qu'il a subis aux mains de Raymond-Marie Lavoie », indique Carlo Tarini de l'Association des victimes de prêtres.

L'homme raconte une vie marquée par les agressions. « La première fois qu'il a mis ses mains dans mon pantalon, j'ai complètement figé, je me suis refermé sur moi-même, je me suis forgé une carapace », écrit-il dans son courriel.

« J'ai consulté une panoplie de psychologues sans succès, la blessure était trop profonde, de 13 ans à 35, j'ai eu une vie d'enfer. J'ai connu la toxicomanie, le jeu compulsif, j'étais devenu un zombie », poursuit-il.  

La victime n'a jamais porté plainte au criminel contre Raymond-Marie Lavoie.

Carlo Tarini souhaite maintenant que la lettre soit admise en preuve au même titre que le courriel envoyé par la victime. Il déplore ce nouveau débat. « On remarque qu'on souffre de procédurite et qu'on est prêt à faire à peu près n'importe quoi pour empêcher le témoin de témoigner de son tombeau », note-t-il.

Le procès reprendra vendredi avec les témoignages de la sœur de la victime et d'une amie.

PLUS:rc