NOUVELLES

Nucléaire: rencontre historique entre les États-Unis et l'Iran

26/09/2013 07:27 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST
AFP

NEW YORK - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif se sont rencontrés jeudi en tête-à-tête à l'ONU pour discuter du dossier nucléaire iranien, une première historique.

A l'issue de la rencontre, M. Zarif, très détendu lorsqu'il s'est adressé à la presse, a insisté sur "la nécessité de poursuivre ces discussions pour leur donner l'impulsion politique nécessaire et pour parvenir à un accord dans un délai raisonnable".

Il a précisé qu'avec ses homologues, ils s'étaient fixés d'essayer de parvenir à un accord "d'ici un an".

M. Kerry s'est lui réjoui d'"un changement de ton" et de vision, lors de cette brève rencontre, mais a souligné qu'il restait "beaucoup de travail à faire".

Les deux hommes se sont parlés en tête à tête à l'issue d'une réunion également sans précédent entre M. Zarif et ses homologues des grandes puissances - dont M. Kerry- durant lesquels tous se sont accordés pour de nouvelles négociations sur le nucléaire iranien à Genève les 15 et 16 octobre prochain.

"C'était une réunion dense, l'atmosphère était bonne, énergique, nous avons discuté de la façon d'avancer, selon un calendrier ambitieux, pour voir si nous pouvions faire rapidement des progrès", a expliqué la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, en annonçant la reprise des négociations.

M. Zarif a cependant précisé que le niveau de la rencontre - ministérielle ou autre - n'avait pas encore été fixé.

Le président iranien Hassan Rohani, qui a adopté un ton nettement plus conciliant que ses prédécesseurs dans ce dossier, a promis jeudi à New York des négociations "de bonne foi" sur le dossier.

"Nous sommes prêts à nous engager sérieusement dans le processus en vue d'un accord négocié et mutuellement acceptable, et à le faire de bonne foi", a-t-il déclaré.

Il avait indiqué mercredi sa volonté d'arriver à une solution rapide dans le dossier nucléaire, évoquant un calendrier de "trois mois". Six mois seraient "encore bons", mais cela devrait être une question de "mois, pas d'années", avait-il dit.

Les dernières négociations sur le dossier nucléaire iranien, qui n'avance pas depuis huit ans, avaient eu lieu à Almaty au Kazakhstan en avril.

Hassan Rohani remporte la présidentielle en Iran

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.