NOUVELLES

Les grandes banques établissent un portrait à la fois optimiste et prudent

26/09/2013 05:55 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Les économistes des principales banques canadiennes ont établi jeudi un portrait optimiste, mais prudent, de la situation à venir, laissant entendre que plusieurs des vents contraires qui ont fait courber l'économie étaient en train de se calmer.

À la suite d'un événement tenu par la Chambre de commerce de la région de Toronto, Craig Wright, économiste en chef de la Banque Royale (TSX:RY), a affirmé que certains risques demeuraient, mais qu'ils étaient moins importants que par le passé, ajoutant que le contexte annonçait une meilleure croissance.

Mais bien que les préoccupations entourant la crise dans la zone euro et le précipice budgétaire aux États-Unis se soient atténuées, l'incertitude demeure au sud de la frontière, en plus de la nervosité provoquée par la crise syrienne et l'avenir du secteur immobilier.

Alors que les dépenses des consommateurs augmentent et que le marché immobilier semble ralentir, sans toutefois s'effondrer, il existe bel et bien des signes de reprise.

Les économies qui connaîtront du succès sont celles qui seront en mesure d'attirer du capital privé et des travailleurs qualifiés pour ralentir l'impact du vieillissement de la population, a estimé l'économiste Stéfane Marion, de la Banque Nationale (TSX:NA).

M. Marion a indiqué que le Canada, en particulier l'Ontario, devait devenir plus concurrentiel en matière de fabrication comparativement à des pays comme le Mexique, qui enregistre un influx d'investissements dans le secteur automobile.

La Banque TD (TSX:TD) a revu à la hausse ses prévisions de croissance économique canadienne pour le troisième trimestre, mercredi, et elle a affirmé que les dépenses des consommateurs seraient le moteur de la progression attendue — pas les exportations et les dépenses des entreprises, comme elle le croyait précédemment.

Dans ses prévisions économiques trimestrielles, la banque a dit s'attendre à ce que l'économie ait progressé à un rythme annuel de 2,3 pour cent durant la période de juillet à septembre, alors qu'elle prévoyait en juin une croissance de deux pour cent pour le trimestre.

Pour l'ensemble de l'année, la TD prévoit encore une croissance de 1,7 pour cent. Sa prévision pour 2014 est de 2,4 pour cent.

La Banque du Canada avait estimé en juillet que l'économie connaîtrait une croissance de 3,8 pour cent au troisième trimestre.

PLUS:pc