NOUVELLES

Le tiers des Canadiens regarde la télé sur Internet

26/09/2013 04:27 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

En 2012, le Canadien moyen a regardé la télévision pendant 28,2 heures et a écouté la radio 17,5 heures par semaine. L'anglophone a aussi passé 20,1 heures en ligne, tandis que le francophone y a passé 13 heures, selon le rapport annuel sur l'état du système des communications au Canada publié jeudi par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Au total, le tiers des Canadiens a regardé des émissions de télévision sur Internet, en moyenne trois heures par semaine. Cette tendance à la hausse s'explique notamment par la popularité grandissante de services comme Netflix, lequel était présent dans 17 % des ménages canadiens l'an dernier. Les Canadiens continuent néanmoins de préférer les grands écrans : ils sont seulement 6 % à avoir regardé des émissions sur une tablette ou un téléphone intelligent.

En 2012, plus de la moitié des Canadiens possédait un téléphone intelligent et plus du quart possédait une tablette.

Les données du CRTC révèlent aussi que le quart des Canadiens s'informe sur Internet.

Le rapport du CRTC indique par ailleurs qu'« en 2012, les familles canadiennes ont consacré, en moyenne, 185 $ par mois aux services de communications, contre 181 $ l'année précédente ». Les Canadiens utilisent de plus en plus les services de transmission de données sans fil et s'abonnent à des services Internet offrant des débits supérieurs.

Pendant ce temps, « les trois plus importantes entreprises de services sans fil ont récolté 92 % de la totalité des recettes, tandis que la part de marché des petites entreprises de services sans fil a été de 5 %, en hausse de 1 % par rapport à 2011 », indique le rapport.

Même si « de manière générale, les Canadiens sont bien servis par leur système de communications », le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, souligne que « les Canadiens des régions rurales du pays, en particulier dans le Nord, n'ont pas accès aux mêmes services de télécommunications que ceux vivant en milieu urbain. Nous nous efforçons d'offrir à ces Canadiens encore plus de choix ».

Pour consulter le rapport du CRTC, cliquez ici.

PLUS:rc